La Banque Mondiale veut éviter les mêmes erreurs

 |   |  149  mots
Le président de la Banque mondiale a exhorté, hier, le G20 à ne pas oublier les populations les plus pauvres. Lors des précédentes crises en Amérique latine et en Asie, « le débat sur les chiffres a passé sous silence les populations », a rappelé Robert Zoellick. Pour faire face à la crise actuelle, la Banque mondiale compte soutenir financièrement des programmes destinés aux populations les plus défavorisées. Le Mexique, qui a mis en place des programmes sociaux à destination des familles qui envoient leurs enfants à l'école et les présentent régulièrement à un médecin, devrait bénéficier de prêts concessionnels de la Banque mondiale. Celle-ci entend également mettre l'accent sur les infrastructures (45 milliards de dollars pour leur financement sur la période 2009-2011) et sur l'agriculture (12 milliards de dollars d'aides au cours des deux prochaines années). X. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :