Si en France, deux jeunes ingénieurs sur trois, et un diplôm...

1 mn

Si en France, deux jeunes ingénieurs sur trois, et un diplômé d'école de commerce sur trois, pensent encore que trouver leur premier emploi à la sortie de l'école sera « facile », ils commencent à se faire du mouron. Et ils ont raison : après avoir coupé dans l'intérim et les CDD, nombre d'entreprises ont gelé les embauches. Quant à celles qui affirment encore recruter sur les campus des grandes écoles, elles ont sérieusement rallongé les délais entre les différents entretiens. Voilà pourquoi des tombereaux de CV envoyés restent aujourd'hui sans réponse. Au point que le temps moyen de recrutement à la sortie de l'Essec est passé de 2 à 4 mois. Et que le bureau d'aide aux étudiants de l'Essec, noyé sous les e-mails inquiets des futurs diplômés, recommande à ceux qui veulent continuer à faire des stages pour attendre la reprise, de différer le passage de leur diplôme ? un diplômé ne pouvant plus bénéficier de convention de stage. Et surtout de viser les entreprises moins prestigieuses que les grands noms. Avec un leitmotiv : « Sachez que vous restez bien armés. Il faut garder confiance en vous, en vos acquis, en votre diplôme. » V. S.

1 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.