Le CNRS passe outre les protestations

 |   |  323  mots
La direction du CNRS commence à s'habituer aux conseils d'administration (CA) chahutés. Comme en novembre, 200 chercheurs ont tenté hier de bloquer la tenue du CA. Une centaine occupait toujours le siège parisien hier soir. Objectif : protester contre les 450 suppressions de postes prévues en 2009 dans la recherche et contre la réforme des organismes publics, à commencer par le CNRS. Demandant l'ouverture de « véritables négociations », ils ont interpellé le Premier ministre. Le conseil d'administration s'est tout de même tenu. Il n'a finalement voté que le report de 400 millions d'euros de crédits non consommés, explique Jean-Luc Mazet, secrétaire général du SNCS-FSU. La création d'un dixième institut « informatique » et le projet de contrat état-CNRS 2009-2013 ont été retirés de l'ordre du jour par la direction. Le texte du contrat d'objectif, présenté par la direction il y a dix jours avec six mois de retard, est jugé « incomplet », notamment sur le volet budgétaire. Il sera présenté au conseil d'administration du 25 juin.Peur du démantèlementPour les chercheurs, ces points portent en germe le démantèlement du CNRS. Le gouvernement compte faire des laboratoires publics des agences de moyens, la recherche opérationnelle devant retrouver sa place au c?ur des universités, qui hébergent 80 % des 1.200 unités mixtes de recherche (UMR). Outre la crainte de voir du coup le CNRS se désengager de ces UMR, se profile aussi la perte de disciplines avec la création de futurs grands instituts nationaux en sciences de la vie et en informatique. Dans cette optique, l'Inserm a déjà été réorganisé en instituts internes, tout comme le CNRS en novembre dernier. Les nouvelles attributions de l'Inserm en tant que coordinateur national et la nomination comme PDG de son directeur général, André Syrota, avec des prérogatives renforcées, viennent d'être officialisées par décret. Clarisse Jay

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :