Alternatif : les institutions de retraite et les fonds de pensions européens se renforcent

 |   |  405  mots
D'après l'enquête annuelle European Asset Allocation survey de Mercer, les institutions de retraite et les fonds de pension européens réduisent leur exposition aux actions au profit des classes d'actifs alternatives. Afin d'améliorer le profil rendement-risque de leur portefeuille, l'enquête, menée auprès de 1.000 fonds et institutions gérant plus de 400 milliards d'euros, montre que 35 % des plans de retraites britanniques et 60 % de leurs homologues européens (hors Royaume-Uni) prévoient d'introduire de nouveaux types de placements. L'étude révèle que, sous l'effet de la crise financière, mais aussi à cause du raccourcissement des passifs de retraite à prestation définie, l'exposition aux classes d'actifs traditionnelles s'est réduite l'an passé. Elle est passée de 58 % à 54 % au Royaume-Uni et de 67 % à 60 % en Irlande. À l'inverse, les allocations dans des classes d'actifs non traditionnelles ont augmenté de 10 % à 11 % en Allemagne et sont comprises entre 5 et 10 % en France, selon les institutions.Selon Hedge Fund Research, les actifs sous gestion de l'industrie des hedge funds ont baissé de 75,4 milliards de dollars sur les trois premiers mois de l'année. Dans le détail, les investisseurs ont continué à sortir de ces produits puisqu'il y a eu 103,291 milliards de dollars de rachats alors que l'effet du marché a créé 27,9 milliards sur la période. Pour les fonds de fonds, la baisse est de 67,5 milliards de dollars à 525,635 milliards de dollars. Ce recul s'explique pour 85,4 milliards de dollars de décollecte et un effet marché positif de 17,9 milliards.Fin avril, l'Association internationale de la gestion alternative (Aima) sortira un guide de bonnes pratiques sur la multigestion alternative. Ce guide se concentre sur le risk management, la transparence, la valorisation, la gestion des conflits d'intérêts, les frais, la protection des investisseurs et les problématiques opérationnelles. Les acteurs ne seront pas obligés d'y adhérer, mais ce guide constitue « un bon outil pour les consultants, les gérants, les investisseurs, les autorités politiques et réglementaires », indique Patrick Fenal, CEO de Unigestion et président du comité de direction de l'AIMA.L'indice de confiance des investisseurs de State Street augmente en avrilIl ressort à 79,6 en avril contre 70,2 en mars. En Amérique du Nord, il gagne 10 points à 70,2 ; 5 points en Europe à 68,9 et 0,7 point en Asie à 87,3. « Malgré la hausse globale, une dose de prudence est de mise », a indiqué Paul O'Connell, de State Street Associates. De nombreuses questions restent posées quant au rythme de la reprise économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :