Berlin pourrait proposer deux types de « bad banks »

Selon les médias allemands, la loi préparée par le gouvernement allemand pour la gestion des actifs toxiques, et qui devrait être présentée à la mi-mai, prévoirait deux types de structures de défaisance. La première, qui pourrait être préférée par les banques privées, permettrait à chacune d'entre elles de créer sa propre structure de défaisance et d'y loger les actifs illiquides. En échange, les banques recevront des obligations garanties par l'État. Les Landesbanken, les banques régionales, pourraient être, quant à elles, tentées par la seconde solution. Elle prévoit la constitution d'un établissement public qui chapeauterait les structures de défaisance des banques. Dans ce cas, ces structures regrouperaient actifs toxiques et activités non stratégiques. Mais la responsabilité des pertes demeurerait majoritairement dans les mains des actionnaires des banques, dans le cas des Landesbanken, les Länder et dans une moindre mesure, les caisses d'épargne.Au total, le montant global des actifs toxiques a été évalué par le quotidien « Süddeutsche Zeitung » à 816 milliards d'euros, mais le gouvernement a rejeté cette estimation. Berlin estime à moins de 200 milliards d'euros les besoins de garanties de ces « bad banks » et juge donc que l'enveloppe actuelle de garanties du plan de sauvetage (400 milliards d'euros, dont 133 milliards d'euros déjà utilisés) suffira. R. G. à Francfort
Replay - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.