Le chef de l'état garde le cap des réformes

 |   |  196  mots
L'hyperprésident n'a rien d'inscrit à son agenda aujourd'hui. Nicolas Sarkozy sera à l'Élysée pour des « réunions de travail ». Mais il suivra surtout le déroulement de la journée de mobilisation contre sa politique économique. Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a souligné hier que le chef de l'État était « attentif » et « au travail ». Nicolas Sarkozy joue la conciliation à l'adresse des syndicats et des manifestants, disant « comprendre » les « difficultés » et les « inquiétudes » des Français dans la crise. Mais il fait aussi passer un message plus ferme, à destination cette fois de son électorat : les réformes vont se poursuivre car « le cap, ce n'est pas l'immobilisme ». « Je ne peux pas arrêter le mouvement de réforme », a-t-il souligné mardi. Le Premier ministre, François Fillon, a enfoncé le clou en jugeant que « le rôle d'un gouvernement » n'était « pas de faire des gestes » mais de « tenir le cap de la réforme ». Peu de probabilités donc que l'appel du PS en faveur d'une grande concertation avec les partenaires sociaux et les collectivités locales, un « Grenelle de la relance », comme l'a appelé François Hollande, soit entendu. H. F.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :