Les plans sociaux placés sous surveillance

 |   |  154  mots
Auditionné hier par le groupe socialiste de l'Assemblée, le ministre de l'Emploi, Martine Aubry, a annoncé son intention de « freiner très fortement un certain nombre de plans sociaux, notamment dans l'automobile ». Le gouvernement pourrait notamment limiter la prise en charge par l'Etat des préretraites FNE demandées par les entreprises. Certains verront dans cette annonce une concession au Parti communiste, qui a demandé lundi, par la voix de son secrétaire national, Robert Hue, la « suspension » des plans sociaux pendant l'été. Martine Aubry a aussi annoncé que le projet de loi sur l'emploi des jeunes serait présenté au Conseil des ministres le 20 août et examiné par les députés à la mi-septembre. Ce texte ne concernerait que les 350.000 emplois-jeunes dans le secteur public, car, comme l'a souligné hier le président du groupe socialiste, Jean-Marc Ayrault, « dans le privé, on ne peut forcer les entreprises à embaucher ». Voir Marché

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :