« L'Internet mobile va se développer en Chine »

Yang Yuanqing, directeur général de LenovoLe constructeur informatique chinois Lenovo s'est remis en ordre de marche, après une année 2008 éprouvante, qui l'a vu lancer une importante restructuration. Sous la houlette de Yang Yuanqing, de retour aux opérations après avoir occupé la présidence du groupe, Lenovo a terminé l'année 2009 à la quatrième place du marché mondial du PC, avec une part de marché de 8,5 %, en hausse d'un point.Vous venez de lancer trois produits phares : un netbook, un smartbook et un smartphone. Vous avez aussi racheté votre ancienne division mobile. Que comptez-vous faire de ces produits ?Nous ne sommes pas satisfaits de notre position dans le marché de la micro-informatique, sur lequel nous voulons atteindre une part de marché à deux chiffres. Mais nous ciblons également les nouvelles vagues de l'informatique, au-delà du PC. Les marchés de l'Internet mobile nous intéressent, particulièrement en Chine. On dénombre près de 400 millions d'internautes en Chine.L'Internet mobile va-t-il s'y développer ?Certainement, car les trois opérateurs de télécoms chinois ont lancé leur offre 3G, et sont en train de construire leurs bases d'abonnés. Cependant, il manque à ce marché une gamme d'objets suffisamment sophistiqués et paramétrés pour l'usage local. Les produits que nous avons lancés au CES peuvent être ajustés aux besoins des fournisseurs de contenus et des opérateurs locaux.Qu'attendez-vous du lancement de Windows 7 ?Nous n'avons pas encore ressenti le cycle de rafraîchissement des parcs de PC que nous attendons. Nous l'espérons pour le second semestre 2010.Quelles sont les différences les plus frappantes entre les demandes des utilisateurs asiatiques et occidentaux ?En Asie, les petits écrans de 13 pouces sont à la mode. Aux États-Unis et en Europe, il faut des écrans de 14, 15, voire 17 pouces. Nous devons nous adapter à ces demandes et, parallèlement, trouver les traits communs qui nous permettront d'être plus efficaces. Pour y parvenir, nous avons trois équipes de designers, à Raleigh, en Caroline du Nord, au Japon et à Pékin, qui travaillent ensemble. Nous pensons que les netbooks deviendront des objets de mode et que les gens en changeront comme on change de vêtements.Avez-vous des problèmes de fourniture de composants ?Oui, surtout au niveau des mémoires Dram, car les fabricants n'ont pas investi ces deux dernières années. Pour les autres composants, ça va.La tablette d'Apple va-t-elle avoir un impact bénéfique sur votre industrie ?Certainement. Avoir un concurrent comme Apple nous pousse à nous dépasser et à faire de plus beaux produits. De plus, Apple éduque et élargit le marché. L'iPhone a été commercialisé récemment en Chine, mais les opérateurs cherchent des produits moins sophistiqués. Nous pouvons en tirer avantage.Propos recueillis par Pascal BoulardRetrouver l'intégralité de l'interview sur Latribune.frTexteExerguenom personne

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.