asieImbroglio juridico-diplomatique autour d'une mine de La...

 |  | 364 mots
Lecture 2 min.
Imbroglio juridico-diplomatique autour d'une mine de Lafarge en IndeLa Cour suprême indienne a bloqué la production d'une mine du cimentier français.Le groupe Lafarge a-t-il dépossédé des tribus de leurs terres pour ouvrir une mine qui détruit l'environnement ? C'est la question à laquelle la Cour suprême indienne doit répondre. Ayant suspendu les opérations de la mine en février, la Cour a prolongé cette décision jusqu'à l'audience du 9 avril.Située dans l'Etat du Meghalaya, au nord-est du pays, la mine en question est exploitée depuis dix ans. Avec une particularité : sa production part intégralement au Bangladesh, via un tapis roulant de 17 km de long, pour alimenter une cimenterie de la société Lafarge Surma, la plus grosse du Bangladesh. Ce dernier pays n'ayant aucune ressource propre en calcaire, la mine est vitale pour lui. Au point qu'un accord entre les gouvernements indien et bangladeshi a été signé pour garantir l'approvisionnement de l'usine.Les choses se sont gâtées quand des ONG représentant les populations tribales ont formulé une série d'accusations : l'achat des terres sur lesquelles est située la mine ne respecterait pas les droits des tribaux, les dégâts à l'environnement seraient considérables et l'exportation immédiate du calcaire au Bangladesh ne rapporterait quasiment rien à l'Inde. la france intervientDe fil en aiguille, la procédure est remontée jusqu'à la Cour suprême. Et l'affaire a pris une tournure diplomatique sérieuse, le Bangladesh faisant valoir l'importance de la mine pour son économie, et la France surveillant de près la procédure. Au point que le gouvernement indien a indiqué à la Cour que la crédibilité des engagements internationaux du pays était en jeu.Chez Lafarge India, on se défend point par point contre les accusations et l'on se dit prêt à améliorer les efforts consentis en faveur des communautés locales et pour la réhabilitation de l'environnement. Un plan en ce sens a été déposé auprès de la Cour suprême qui a demandé des précisions. Mais, dans l'immédiat, la mine reste paralysée. Patrick de Jacquelot, à New Delh

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :