Grèce et Portugal inaugurent l'année avec des grèves

1 mn

A Athènes le métro est bloqué ce premier janvier. Des employés protestaient contre l\'alignement de leurs salaires sur ceux du reste de la fonction publique dans le cadre des mesures d\'austérité prises par les gouvernements successifs pour tenter de juguler la crise de la dette qui secoue le pays depuis plus de trois ans. Le débrayage devrait durer 24h00. L\'an dernier, des grèves nationales ont été suivies à plusieurs reprises. Il s\'agissait à chaque fois de mouvements de protestation contre les politiques de rigueur imposées par les créanciers du pays en échange des prêts internationaux de plusieurs centaines de milliards d\'euros qui lui ont été accordé pour éviter la faillite. Ces politiques n\'ont cependant plongé le pays dans la récession et causé une très forte hausse du niveau du chômage. Des transports perturbés au PortugalCe même 1er janvier, au Portugal, c\'est l\'ensemble du secteur des transports qui est perturbé. Le mécontentement porte sur le nouveau code du travail avec une réduction du paiement des jours fériés et des heures supplémentaires. Il s\'agit, ici aussi d\'une réforme engagée dans le cadre de l\'aide internationale accordée au pays en mai 2011. Si la situation du Portugal est moins grave que celui de la Grèce, le pays a obtenu beaucoup plus rapidement le satisfecit de la Troïka (FMI, UE, BCE). Toutefois, le Portugal lui aussi souffre d\'une récession et d\'un chômage élevé (15,7% en octobre dernier). Les perturbations devraient se poursuivre dans les prochaines semaines, les syndicats ayant prévenu que de nouveaux mouvements auraient lieux, notamment dans les chemins de fer, et en particulier le matin, aux heures de pointe. 

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.