La relance de l'emploi américain passe par les PME

 |   |  286  mots
« Le fait que l'économie américaine puisse croître de si belle façon sans créer d'emplois est un mystère », relève Avery Shenfeld, le chef économiste de la banque canadienne CIBC. Un mystère pour les Canadiens, qui, eux, créent des emplois, mais un cauchemar pour le président Obama, confronté à un taux de chômage de 10 %. Alors qu'il vient d'envoyer sa proposition de budget pour l'année qui vient au Congrès, son administration travaille avec les élus démocrates pour débloquer des fonds supplémentaires dans le cadre de l'année fiscale en cours, afin de stimuler les créations d'emplois au plus vite. crédit d'impôt de 5.000 dollarsAu total, l'enveloppe pourrait contenir environ 100 milliards de dollars, en plus du plan de relance de 787 milliards de dollars déjà voté en février 2009. C'est sur le secteur privé ? et en particulier les PME ? que le président américain veut s'appuyer. Au-delà des travaux d'infrastructure gérés par les municipalités bénéficiant aux entreprises locales et des efforts continus en matière d'énergie renouvelable, favorisant là aussi les petites structures innnovantes, Barack Obama propose d'offrir un crédit d'impôt de 5.000 dollars aux PME créant un emploi en 2010. La mesure est assortie d'un plafond de 500.000 dollars par entreprise et de garde-fous : pas question, par exemple, de licencier pour toucher la prime en réembauchant... De même, les petits patrons pourront profiter d'avantages fiscaux s'ils augmentent les salaires de ceux qui gagnent moins de 100.000 dollars par an. Le plan en faveur des petites entreprises devrait représenter 33 milliards de dollars, soit un tiers de l'enveloppe prévue pour l'emploi. L. J. B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :