Cluny revient au centre

 |  | 401 mots
Lecture 2 min.
Oyez ! Oyez ! Braves Clunisois, pour fêter l'anniversaire de votre grande église, voici qu'arrivent des quatre coins d'Europe tous les Clunisiens ! La phrase est un peu cryptée mais l'essentiel est là : les 9, 10 et 11 septembre, une fête mémorable va réveiller les vieilles pierres de la cité bourguignonne. Les Clunisois, ce sont les habitants de Cluny, descendants des artisans venus, peu avant l'an mille, construire puis faire fonctionner la plus grande abbaye de l'Occident médiéval. Les Clunisiens, ce sont les pièces rapportées : ils viennent des villes, villages et bourgs qui possédaient au Moyen Âge un prieuré affilié à Cluny, sachant que l'abbaye gouvernait, à son zénith au XIIe siècle, quelque 1.200 « filiales » à travers toute l'Europe. Cluny, mère de toutes les multinationales ! Mais Cluny est aussi la mère de tous les États providence ! Imaginez 300 à 400 moines, issus pour la plupart de familles aristocratiques, travaillant à copier et enluminer de splendides parchemins, et disant des messes. Ils s'occupaient aussi de centaines de pauvres et de malades venus de toute la région qu'ils nourrissaient et soignaient. Pour faire vivre l'immense abbaye, ses moines, ses artisans et ses malheureux, il fallait prélever des ressources sur les terres avoisinantes. Si bien que Cluny était à la fois révérée et détestée. Ce qui explique peut-être que, après trois longs siècles de déclin, elle ait été pillée à la Révolution puis abandonnée à une lente destruction. Le Teatro Potlach invitéPour célébrer le 1.100e anniversaire de la fondation de l'abbaye par Guillaume d'Aquitaine, la ville a fait preuve d'imagination. Au-delà des magnifiques expositions de l'abbaye elle-même et de l'hôtellerie Saint-Hugues (« Des pierres et des hommes » sur la sculpture clunisoise du XIVe siècle), elle a invité le très original Teatro Potlach qui animera les rues avec le «  Città invisibili » (« Les villes invisibles ») d'après Italo Calvino. « C'est un projet plus qu'un spectacle », insiste son directeur Pino Di Buduo. Plus de trente associations locales y participent, après une longue préparation : chaque représentation naît du lieu où elle est donnée. Les spectateurs aussi seront actifs, suivant ce récit inspiré de Marco Polo. Berlin, Stockholm, Liverpool, Mexico ont déjà accueilli la même trame. Des milliers de visiteurs venus notamment de tous les sites clunisiens d'Europe sont attendus.« Cluny 2010 », www.cluny2010.eu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :