La F1 a pris un nouveau tournant

 |   |  616  mots
Restrictions budgétaires, sacre de Brawn GP, scandale Renault, grave accident de Felipe Massa : le moins qu'on puisse dire c'est que la F1 a vécu une saison bouleversante. Petit rappel des faits.Pour sa première année d'existence, l'écurie britannique Brawn GP a frappé un grand coup. Née sur les cendres de Honda, l'équipe de Ross Brawn a survolé le début de saison avant de gérer son avance. Jenson Button a ainsi enlevé six des sept premiers Grand Prix. Victime d'un énorme passage à vide cet été, l'Anglais s'est bien repris en décrochant le premier titre de sa carrière. À 37 ans, son coéquipier Rubens Barrichello a retrouvé une nouvelle jeunesse. Vainqueur de deux courses (au Grand Prix d'Europe et en Italie), le vétéran brésilien termine finalement troisième. Brawn GP s'adjuge le titre de champion du monde des constructeurs.Et met les favoris au tapis. Les dernières saisons avaient été rythmées par les duels entre Ferrari et McLaren-Mercedes. Cette fois, ils passent à la trappe. Malgré deux succès en piste (en Hongrie et à Singapour) et une fin d'année en trombe, Lewis Hamilton, champion du monde 2008, n'a pu faire mieux qu'une cinquième place au classement général. Le prodige britannique termine juste devant la Ferrari de Kimi Räikkönen, sixième avec une seule victoire au compteur (en Belgique). Le Finlandais de la Scuderia a effectué la seconde moitié de saison sans son partenaire Felipe Massa, victime d'un grave accident lors du Grand Prix de Hongrie. Outre les Brawn GP, les Red Bull ont également marqué l'année de leur empreinte. À l'image de sa victoire sur le bitume d'Abu Dhabi hier, Sebastian Vettel s'est révélé comme un sérieux prétendant au titre. Avec quatre succès dans l'escarcelle, le jeune Allemand termine deuxième du général.restrictions budgétairesLa saison 2009 a aussi été placée sous le signe de l'économie. En début d'année, des discussions houleuses ont abouti à la mise en place de restrictions budgétaires imposées par la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Après avoir un temps menacé de créer un championnat parallèle, les écuries ont finalement accepté de revoir leurs dépenses à la baisse. Certaines d'entre elles ont pris des mesures internes afin d'assainir leurs finances. Un contraste détonnant avec les Grand Prix de Singapour et d'Abu Dhabi, rythmés par la démesure et l'opulence de leurs riches propriétaires.Le scandale Renault a aussi marqué la saison. L'écurie franco-britannique a vécu l'un des pires moments de son histoire. Reconnue coupable de tricherie lors du Grand Prix de Singapour 2008 (au cours duquel Nelson Piquet Jr a reçu l'ordre d'accidenter volontairement sa monoplace pour favoriser la victoire de son coéquipier Fernando Alonso), la marque au losange a été condamnée par la FIA à deux ans d'exclusion avec sursis. Le scandale dit du Crashgate a également entraîné les départs de Flavio Briatore et de Pat Symonds, deux dirigeants historiques. Un moindre mal.Et maintenant, quel championnat en 2010 ? La saison prochaine abritera deux étapes supplémentaires, au Canada et en Corée du Sud. Trois nouvelles écuries devraient faire leur apparition dans le paddock. Campos Meta avec Bruno Senna (le neveu d'Ayrton Senna), US F1 et Manor GP. Côté pilotes, les dés seront également redistribués. Fernando Alonso sera au volant d'une Ferrari, Robert Kubica tentera de relancer Renault alors que Kimi Räikkönen pourrait débarquer chez McLaren. Le tout sous l'?il de Jean Todt, fraîchement élu à la tête de la FIA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :