« Les Chinois sont les nouveaux Japonais »

 |   |  296  mots
STRONG>Rémy Oudghiri Directeur du secteur luxe chez IpsosÀ quoi ressemble le consommateur de luxe chinois ?Les Chinois d'aujourd'hui sont un peu les nouveaux Japonais des années 1980. Ils ont le même enthousiasme de ceux qui rachètent le monde, s'enrichissent très rapidement, ce qui les rend avide de nouveautés. Mais ils subissent aussi la pression sociale, d'où leur engouement pour le luxe visible à logo, symbole de réussite. Les Japonais aujourd'hui sont moins flambeurs et plus sensibles à la qualité qu'aux logos car ils s'individualisent. Les jeunes sont moins grégaires que leurs parents et mélangent les produits de luxe avec les marques pas chères comme Uniqlo.Les Chinois évolueront-ils dans le même sens ?Pas évident. La Chine par sa taille, représente un réservoir immense de consommateurs, mais aussi une grande hétérogénéité. Il est probable qu'une élite se sophistique bien plus vite encore que les Japonais, car la mondialisation accélère leur éducation sur le luxe. Mais la majorité ira dans des directions diverses, avec de grandes segmentations entre hommes et femmes, jeunes et vieux, régions du nord et de l'est. D'où une forte complexité pour les entreprises du luxe.Quels gros challenges attendent ces entreprises ?Elles devront adapter leur offre à cette diversité de consommateurs. Mais aussi résister à l'argent facile et ne pas faire de compromis sur la qualité. Les Chinois sont des amoureux des produits bien faits et toute baisse de prix dévalue à leurs yeux l'image d'une marque. Il faudra aussi faire très attention à la contrefaçon, peu répandue au Japon, mais ancrée dans la culture chinoise. Enfin, contrôler sa distribution est le nerf de la guerre pour éviter toute atteinte à l'image.S. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :