Boost est prêt pour des acquisitions

 |   |  307  mots
Après un démarrage difficile en 2001, Boost, cette pionnière du « Cloud Computing », société de services spécialisée dans les logiciels hébergés et l'externalisation informatique, espoir de l'économie haut savoyarde en 2004, prend véritablement son envol. « Notre traversée du désert nous a permis d'affiner notre stratégie. Aujourd'hui que le marché est dynamique, nous avons de 7.000 à 8.000 utilisateurs quotidiens et comptons passer de 1,2 million d'euros de chiffre d'affaires en 2009 à 1,7 en 2010 et à au moins 3 millions en 2011 », se félicite Olivier Pochard, le PDG. La SSII d'une trentaine de personnes vient d'ailleurs d'être distinguée Oséo excellence pour son potentiel de croissance, après avoir levé 1,1 million d'euros. Un tiers auprès d'Oseo et deux-tiers auprès du fonds commun de placement dans l'innovation Vatel Capital, via plusieurs fonds : FCPI France Santé 1, à hauteur de 10 % environ, et FIP Kalliste Capital 1 et 2, FIP Equilibre et Santé 1, Club Fouquet SCA à hauteur de 14 % environ. « Ce montage mélange du capital, des quasi fonds propres et des obligations convertibles ». Les « business angels » entrés dans le capital en 2005 étant sortis, le PDG détient encore 57,2 % du capital et Patrick Profit, le directeur commercial, 18,7 %.« Avec le cash de la levée de fonds, nous allons lancer un plan d'embauche de 50 personnes sur 2 ans et saisir des opportunités de croissance externe pour enrichir notre catalogue de logiciels à disposition des clients. » D'où le rachat, le 15 novembre dernier, de son client Mediaoris, éditeur d'un logiciel de classement, d'archivage et de diffusion de médias. « Notre croissance, de 50 % cette année, nous permet, par ailleurs, d'autofinancer l'ouverture d'agences commerciales dans les villes de plus de 200.000 habitants », affirme Olivier Pochard. Après Lyon, Paris, Toulouse et Aix-en-Provence, Boost est ainsi sur le point d'ouvrir une agence à Nantes et, premier pas à l'international, de monter une filiale à Genève. Muriel Beaudoing, à Annecy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :