La résidence principale finalement épargnée

 |   |  194  mots
Au début de son quinquennat, Nicolas Sarkozy voulait faire de la France un pays de « propriétaires » en permettant à 80 % des ménages d'acquérir un logement. Un pourcentage comparable à celui observé en Grèce, en Espagne et en Italie notamment. Malgré les nombreuses mesures prises pour atteindre cet objectif, dont le renforcement du prêt à taux zéro, l'accession à la propriété reste délicate en raison de la flambée continue des prix. Une flambée du mètre carré qui a eu pour conséquence mécanique d'augmenter de 300.000 le nombre de ménages imposés à l'ISF ! Selon les calculs de l'Insee, moins de 60 % des Français sont actuellement propriétaires de leur logement, contre 66 % dans l'Union européenne.Après la suppression cette année de la déductibilité des intérêts d'emprunt de l'impôt sur le revenu pour l'acquisition de sa résidence principale, une des mesures phares de la loi Travail, emploi et pouvoir d'achat (Tepa) votée en 2008, une augmentation des taxes pesant sur la résidence principale dans le calcul de l'ISF n'était pas vraiment compatible avec cet objectif de campagne. Fabien Piliuimmobilier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :