Le secteur financier allemand s'oppose à une nouvelle baisse des taux de la BCE

Trois grands ensembles financiers allemands ont, mercredi, mis en garde contre une possible baisse des taux directeurs de la BCE d’un quart de point ce jeudi midi. La fédération des banques mutualistes et celles des caisses d’épargne, qui, à elles deux, représentent près des deux tiers du marché de la banque de détail outre-Rhin et sont un instrument important du financement des PME, se sont alliées à la fédération des assureurs, la GDV, pour dénoncer ce nouvel assouplissement monétaire.Inutile et nuisibleLes trois fédérations « mettent en garde fermement contre les conséquences d’une nouvelle baisse des taux. » Et de poursuivre : « chaque pas vers le bas du niveau des taux fait fondre l’avoir des épargnants. (…) Ceux-ci doivent alors aujourd’hui plus qu’auparavant plus mettre d’argent de côté pour maintenir leur niveau de vie lorsque viendra l’âge de la retraite. » Comme beaucoup d’autres, le président des caisses d’épargne allemandes, Georg Fahrenschon, insiste sur l’absence d’effet d’une nouvelle baisse des taux « alors que, déjà, les taux faibles ne se transmettent pas aux entreprises. » Et d’ajouter que le retour à un niveau des taux normal sera plus difficile. Conclusion : « les épargnants ne doivent pas durablement et malgré eux être contraints à l’effort de solidarité pour l’Europe. »Une politique ciblée sur les pays du sud ?Mais surprise, son collègue des banques mutualistes, Uwe Fröhlich, estime qu’il faudrait mieux mener une « politique de soutien ciblé au niveau national aux PME. » Une stratégie qui est prônée par de nombreux économistes, mais qui suppose un risque pour le bilan de l’Eurosystème et donc une « socialisation » de ces risques. C’est pourquoi la Bundesbank et le gouvernement fédéral allemand s’y opposent , estimant que ce serait un premier pas vers « l’union des transferts. » Reste qu’après la déclaration surprise d’Angela Merkel jeudi  dans laquelle elle affirmait qu’à son sens, une hausse des taux serait plus favorable à l’Allemagne, la première économie européenne s’affirme comme le centre de résistance à un assouplissement monétaire, malgré le timide feu vert récent de la Bundesbank. Ce jeudi matin encore, le patron de l\'institut DIW, Marcel Fratzscher, critique également dans le Handlesblatt cette baisse des taux, la jugeant \"inefficiente\".  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.