Airbus va fabriquer des A320 "Made in USA"

 |   |  705  mots
Quand Boeing produit exclusivement aux Etats-Unis, Airbus choisit quant à lui de délocaliser vers les \"terres\" de son rival américain en y implantant une nouvelle chaîne d\'assemblage d\'A320 après celles de Toulouse, Hambourg et Tianjin. L\'avionneur toulousain a annoncé ce lundi \"l\'implantation aux États-Unis d\'un site de production dédié à l\'assemblage et à la livraison des appareils de la famille A320 (...) basé sur le complexe aéronautique de Brookley (\'Brookley Aerospace\') à Mobile en Alabama\", a-t-il expliqué dans un communiqué. C\'est le premier acte stratégique de Fabrice Brégier, seulement un mois après son arrivée à la tête du constructeur européen. \"Le moment est venu pour Airbus d\'élargir sa présence aux États-Unis\", a estimé le PDG d\'Airbus, Fabrice Brégier, qui a affirmé que \"cette chaîne d\'assemblage nous rapproche de nos clients\". Car Airbus produira à terme chaque mois plus de 50 A320neo, la version améliorée de son monocouloir vedette prévue pour 2015, a déclaré lundi à Reuters le directeur commercial de l\'avionneur européen, John Leahy. L\'avionneur européen compte produire dans cette usine \"entre 40 et 50 avions par an\". La construction du site sera lancée dès l\'été 2013 afin que l\'assemblage des avions puisse \"débuter en 2015\". Les premières livraisons depuis le site de Mobile \"devraient avoir lieu en 2016\". Même les plus réticents à cette décision, à l\'image de l\'ancien président d\'EADS, Louis Gallois, font valoir que \"la croissance de l\'entreprise donne une marge de manœuvre pour implanter une chaîne d\'assemblage à l\'extérieur de l\'Europe sans impact sur les implantations de Hambourg et de Toulouse\". Aujourd\'hui, le site toulousain produit 14 A320, celui de Tianjin va passer de trois à quatre, le reste étant produit à Hambourg. Le marché américain des monocouloirs, premier mondialLe projet de 600 millions de dollars (environ 474 millions d\'euros) va permettre à Airbus de mieux profiter du marché américain, notamment celui des avions monocouloirs. Les compagnies aériennes vont devoir remplacer des milliers d\'appareils d\'ancienne génération, aujourd\'hui beaucoup trop gourmands en kérozène. L\'avionneur européen estime d\'ailleurs le potentiel de ce secteur, premier mondial pour ce type d\'avions, à 4.600 appareils pour les 20 prochaines années. Une cible très alléchante pour la filiale d\'EADS. D\'autant que la part de marché d\'Airbus aux États-Unis reste désespérément basse, de l\'ordre de 20 % sur les dix dernières années, alors que l\'avionneur détient plus de 50 % du marché mondial.Cette nouvelle usine permettra à Airbus d\'augmenter la cadence de production de l\'A320 Neo, un \"best-sellers\", qui croule sous les commandes. Un an et demi après son lancement début décembre 2010, l\'A320 Neo avait franchi le 8 juin la barre des 1.400 exemplaires commandés de manière ferme. Soit  une moyenne de plus deux commandes fermes (pas loin de 2,5) enregistrées chaque jour depuis son lancement. Grâce à l\'usine de Mobile, les délais de livraison seront fortement réduits pour satisfaire les compagnies aériennes américaines.En ligne de mire, les contrats dans la défenseL\'annonce d\'Airbus fait des heureux, notamment du côté des sénateurs et des membres de la chambre des représentants de l\'Alabama, de l\'Ohio, du Mississipi et de Floride. \"Ce projet va permettre de créer 1.000 emplois stables et bien rémunérés\", pointe le gouverneur de l\'Alabama, Robert Bentley, alors aux côtés de Fabrice Brégier lors de l\'annonce officielle. La création d\'emplois aux Etat-Unis pourra être un atout déterminant pour l\'obtention de contrat avec le département de la Défense américain. Le souvenir du contrat de 35 milliards de dollars avec l\'armée de l\'air américaine que Boeing a arraché in extremis des mains d\'Airbus est encore présent dans les esprits. \"Nous y avons acquis beaucoup d\'expérience et nous nous y sommes fait des appuis solides\", explique Tom Enders, le président d\'EADS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :