Les coûts de la marée noire continuent à lester BP

2 mn

Profitable, malgré tout. Avec une nouvelle charge de 8,7 milliards de dollars liée à la marée noire du Golfe du Mexique et malgré une production en baisse de 4 %, BP est parvenu à renouer avec les bénéfices au troisième trimestre grâce à l'augmentation du prix du baril et du gaz. La major britannique a dégagé un résultat net de 1,8 milliard de dollars de bénéfice, trois fois moins élevé qu'un an plus tôt, après la spectaculaire perte de 17 milliards du deuxième trimestre.Au troisième trimestre, BP a bénéficié de l'augmentation des prix du brut, avec un baril vendu en moyenne à 70 dollars, 8 dollars de plus qu'au même trimestre de 2009, et un prix moyen de ses ventes de gaz en hausse de 40 %. Il profite aussi d'un taux d'impôt toujours négatif, comme au trimestre précédent, d'une meilleure rentabilité de ses activités aval - raffinage et distribution - et des cessions d'actifs réalisées à l'américain Apache.La nouvelle provision passée par BP reflète, entre autres, les coûts plus élevés que prévu des forages des puits de relais, qui lui ont permis de tuer définitivement le puits défectueux. Ajoutée à celle du trimestre précédent, de 32 milliards, elle porte l'estimation de la facture globale de la marée noire à 40 milliards pour le groupe britannique.Possible dividende en 2011Mais ce montant reste encore très incertain. Il suppose notamment que le groupe ne soit pas condamné pour négligence grossière dans l'accident. Les résultats des enquêtes engagées aux États-Unis conditionneront également la participation de ses partenaires dans le puits de Macondo. L'américain Anadarko et le japonais Mitsui, à qui BP réclame 4,3 milliards de dollars, refusent pour l'instant de les verser, tant que les responsabilités n'auront pas été clairement établies.L'ensemble des résultats, supérieurs aux attentes, a été bien accueilli en Bourse, où le titre a gagné 1,80 %. Ont également été appréciés les commentaires de la direction sur un probable relèvement des investissements du groupe et une possible reprise en 2011 du versement d'un dividende, suspendu depuis l'accident sous la pression de l'administration Obama. O. H.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.