Le français Euro Media vise la Bourse

 |   |  359  mots
Le tour de France, Roland Garros, « Master Chef », « Secret Story », « les Guignols de l'info », « Taratata », « Dimanche + », « Questions pour un champion », « Julie Lescaut », « Sous le soleil »... Tous ces programmes ont un point commun : leur tournage est assuré par les équipes d'Euro Media. Le leader français et européen des prestataires techniques a lancé la semaine dernière son processus d'introduction en Bourse, qui pourrait intervenir d'ici un mois au mieux. L'opération est menée par Natixis et Crédit Mutuel CIC. Elle doit permettre de lever 50 millions d'euros via une augmentation de capital. Les actionnaires actuels ne prévoient pas de vendre leurs titres - il s'agit d'Allianz (22 %), l'industriel belge Ackermans & Van Haaren (22 %), Bolloréeacute; (18%), la société Banijay de Stéphane Courbit (18 %), et les dirigeants-fondateurs Jean-Pierre et Chantal Barry (12 %). Le capital de la société a été valorisée 203 millions d'euros lors de la fusion en 2007 avec le néerlandais UBF, puis lors des attributions de stock-options. 20 acquisitions en vingt ansCréé en 1982, Euro Media s'est ensuite développé à coups d'acquisitions : 20 en vingt ans. Les principales ont été les studios d'Arpajon en 1995, la SFP en 2001, VCF en 2003, et Transpalux en 2008. Il est devenu le leader français du secteur, devant le vendéen AMP Visual. Surtout, c'est aujourd'hui un des rares acteurs paneuropéens - il est présent dans 7 pays. Il compte utiliser les fonds levés en Bourse - plus 20 millions levés auprès des banques - pour poursuivre ses emplettes en Europe de l'Est, au Maghreb, au Moyen Orient... « La France et la Belgique ont achevé leur consolidation, mais les autres marchés européens restent très morcelés », estime-t-il. Reste qu'Euro Media est sensible à la conjoncture, comme ses clients que sont les chaînes de télévision. Le groupe a subit en 2009 des annulations ou des reports de tournages, ainsi que des baisses des budgets. Son chiffre d'affaires a reculé de 12,5 % l'an dernier, et le résultat est tombé dans le rouge au 1er semestre 2009. Depuis, la croissance est repartie. Entre 2010 et 2014, Euro Media veut faire passer son chiffre d'affaires de 284 à 340 millions, et sa marge brute d'exploitation de 17,5 % à 22 %. Jamal Henni

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :