Osons l'économie pragmatique !

 |   |  790  mots
Réjouissons-nous ! Luc Chatel vient de rendre les derniers arbitrages tant attendus sur la réforme du lycée et prévoit dorénavant de rendre obligatoires des cours d'économie pour tous les élèves de la classe de seconde. Si cette annonce doit être considérée comme une avancée significative, c'est que plus de 50% de nos bacheliers avaient en commun de ne pas avoir de culture économique. Le monde bouge et cette culture économique que l'on veut dans le bagage de nos jeunes doit être en cohérence avec l'évolution de la société, qu'il s'agisse des bases et des savoirs fondamentaux, ou des connaissances sur un environnement économique en mouvance permanente. Dans ce contexte de mutations incessantes, dans un monde où les jeunes sont livrés à mille zappings ? télévisuels, Internet et familiaux ? faire évoluer les contenus et les méthodes pédagogiques est essentiel. Comment, grâce aux progrès de la communication, aux apports d'informations nouvelles arrivant chaque matin sur la toile du village mondial, et plus directement sur le portable d'un nombre croissant de jeunes , laisser notre jeunesse simple spectatrice de ces évolutions profondes ?On peut même regretter qu'il faille attendre la classe de seconde au lycée général pour voir apparaître cet enseignement de sciences économiques et sociales. En première et en terminale, seuls les élèves de la filière économique et sociale seront concernés. En complément du stage de découverte en entreprise et de l'option de découverte professionnelle (« DP3 ») instituée en 2006 pour les élèves de troisième, le premier cycle du secondaire comprendra dorénavant un module économique. Espérons que ces quelques heures obligatoires donneront à nos lycéens les moyens de comprendre le monde économique pour leur donner envie d'en savoir plus et d'agir ultérieurement. Car, force est de constater que la plupart des jeunes n'ont qu'une connaissance très limitée de l'environnement économique et du monde de l'entreprise avant d'y entrer, ou, pire, beaucoup de fausses idées et idées préconçues. Plus généralement, l'économie souffre d'un manque de visibilité générale qui pénalise la compréhension de ses mécanismes de base.Espérons alors, que ces heures d'économie devenues obligatoires aient bien pour objectifs de décrire l'ensemble des mécanismes de production et de distribution des richesses, et d'analyser le fonctionnement du circuit économique, ainsi que le rôle des acteurs. Et cela de la façon la plus factuelle et concrète possible, c'est-à-dire en dehors de toute approche normative qui trop souvent déforme la réalité en la présentant de façon incomplète. Expliquer les rôles des acteurs, dont l'entreprise, et de chacun peut permettre aux élèves de se projeter davantage dans leur avenir et les aider à s'orienter dans la vie professionnelle future ce qui me parait aujourd'hui indispensable. Il faut non seulement promouvoir un enseignement en prise directe avec les réalités contemporaines mais aussi qui parle de l'entreprise dans une approche beaucoup plus « terrain ». Bref soyons pragmatiques, en effet il semble plus logique de traiter d'abord des acteurs du monde économique, au sein duquel, d'évidence, les entreprises jouent un rôle majeur au niveau de la production et de la distribution des richesses, plutôt que de décrire en priorité les dysfonctionnements de notre économie, sans pour autant les occulter.Au-delà de l'enseignement proprement dit de l'économie, l'Education Nationale doit ainsi préparer l'intégration des jeunes dans la vie active, quel que soit leur futur métier. D'où l'importance de cette réforme des lycées, dans un environnement qui s'internationalise et qui devient de plus en plus technique. Citons, par exemple, le rapprochement entre les lycées, les établissements d'enseignement supérieur et les entreprises, ainsi que le développement des stages. Citons également le renforcement de l'enseignement des langues étrangères, dont bien sûr l'anglais, la revalorisation des bacs technologiques et l'ouverture plus grande du lycée au monde culturel et aux nouvelles technologies. Développons l'autonomie, l'initiative et la responsabilité des jeunes, reconnues grâce au « livret de compétences » reposant notamment sur l'engagement de l'élève au service des autres ou de son établissement. Ces éléments, composés à la fois de savoir, savoir faire et savoir être, pour reprendre le triptyque bien connu des formateurs, caractérisent l'« honnête homme » du XXIème siècle. Ils montrent également l'importance du sujet à traiter et l'ampleur de la tâche à mener. point de vue Thibault lanxade membre du Comité exécutif du Codice (Conseil la diffusion de la culture éconolique)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :