Continental, le bon élève atypique

 |   |  183  mots
Parmi les grandes compagnies américaines traditionnelles, Continental fait figure d'exception. Depuis le début de la crise qui a commencé à frapper le transport aérien américain fin 2000, elle a été la seule, avec American Airlines, à ne pas s'être placée sous le chapitre 11 de la loi des faillites pour se sauver - elle y avait toutefois été contrainte dix ans plus tôt. Cela ne l'a pas empêché d'afficher le plus souvent la meilleure performance financière outre-Atlantique. Et ce, grâce au modèle mis en place à la fin des années 1990. Alors que tous les acteurs se focalisaient sur le marché intérieur, Continental s'est développé à l'international. Son chiffre d'affaires s'est très vite plus ou moins équilibré entre l'activité domestique et internationale, contrairement à tous ses concurrents dont 80 % à 90 % du chiffre d'affaires dépendait du marché américain. De fait, Continental a été largement moins touché que les autres par la montée en puissance des low-cost, concentrés sur les vols domestiques. Un modèle suivi depuis par toutes les majors, sauf US Airways. F. G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :