La Chine jette son dévolu sur une Europe consentante

 |   |  303  mots
Les relations sino-européennes sont au beau fixe, du moins si l'on en juge par le rythme intense des rencontres officielles ces derniers mois. Depuis octobre, le président chinois Hu Jintao et son Premier ministre Wen Jiabao ont visité plusieurs pays du Vieux Continent (voir infographie), et le vice-Premier ministre, Li Keqiang, a démarré mardi une tournée de plusieurs jours qui le mènera de l'Espagne à l'Allemagne, en passant par la Grande-Bretagne (lire ci-dessous).Ces dernières semaines, la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique David Cameron, ainsi que ses homologues espagnol et portugais, José Luis Zapatero et José Socrates ont fait le pélerinage pékinois, accompagnés de fortes délégations d'entrepreneurs, lorgnant sur le potentiel d'un marché de 1,3 milliard de clients.Avec les premières réserves de change du monde, qui s'élevaient au dernier pointage officiel à 2.600 milliards de dollars (1.951 milliards d'euros), la Chine a de quoi mener une politique d'investissement internationale, que ce soit par l'achat d'emprunts d'État, qu'apprécient les maillons faibles de la zone euro (lire ci-dessous), d'achats de produits ou d'investissements directs dans les pays. L'Europe n'est pas seulement la deuxième destination des produits chinois, mais représente aussi une concentration de haute technologie suscitant la convoitise de Pékin.Politique inquiétanteCette politique commence à inquiéter. La semaine dernière, le commissaire européen à l'Industrie, Antonio Tajani, constatait : « Les entreprises chinoises qui en ont les moyens achètent de plus en plus d'entreprises européennes disposant de technologies clés dans des secteurs importants. » Au-delà de l'investissement, Antonio Tajani y voyait une stratégie politique. En conséquence, il proposait d'établir « une autorité chargée d'examiner les investissements étrangers en Europe », sur le modèle du comité chargé des investissements étrangers aux États-Unis (CFIUS).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :