Chercheurs et trouveurs

Des chercheurs, on en trouve ; mais des trouveurs, on en cherche », avait lancé le général de Gaulle, pourtant peu avare en politiques de soutien aux grands projets, du Concorde (avant Airbus) au TGV, en passant par le nucléaire. Ce serait toutefois faire un faux procès aux dirigeants français que de les accuser de méconnaître l'importance de la recherche pour l'avenir de la croissance et de la richesse nationales. Les efforts accomplis ces dernières années à coups de pôles de compétitivité, de crédit d'impôt recherche, de soutien aux filières, d'autonomie des universités, témoignent de cette mobilisation. Du coup, la stagnation de notre pays à un étiage très insuffisant de 2 % du PIB consacrés à la recherche a de quoi donner le bourdon. Tout ça pour ça... En entrant dans le coeur du réacteur, on s'interroge : la France fait-elle de la « bonne » recherche, écartelée entre une tradition estimable de recherche fondamentale et un impératif économique cher aux grandes entreprises de recherche appliquée ? Opposer l'une à l'autre n'a guère de sens. On ne transforme pas en un tour de main le professeur Tournesol en VRP de la dernière invention électroménagère. Mais ne pas imposer un minimum de contrainte économique aux équipes de recherche peut tout à la fois aboutir à une découverte géniale ou à un gaspillage stérile. C'est donc à un réglage subtil qu'il faut parvenir en évitant les à-coups. Une politique de recherche se bâtit dans la durée. En intégrant la grande inertie du système. Comme sur le « Titanic », les coups de barre brutaux et tardifs ne permettent pas d'éviter les icebergs. D'ailleurs, optimiser la politique française de recherche passe aussi, en amont de la chaîne, par une amélioration de notre système éducatif, en le rendant à la fois plus efficace et plus ouvert sur le monde économique. Ce ne sera pas la partie la plus facile du chantier. oprovost@latribune.f

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.