Utilitaires : les Français dominent un marché en hausse

 |   |  264  mots
Austères, fonctionnels, ils ne s'achètent pas sur un coup de coeur. Et nul ne se retourne sur leur passage. Pourtant, contrairement aux voitures particulières en berne, les immatriculations de véhicules utilitaires dans l'Hexagone sont en plein boom. Longtemps sinistrées, elles ont bondi de 11,7 % l'an dernier, à 416.676 unités. Et ce marché clé « devrait croître encore de 5 % en 2011 », affirme Olivier Veyrier, directeur commercial France de Peugeot. « Il montera à 440.000 unités », renchérit Bernard Cambier, son homologue de Renault. Une sacrée bouffée d'oxygène pour les constructeurs tricolores, qui règnent en maîtres sur ce segment à fortes marges. Renault s'en octroie un tiers, Peugeot 17,3 % et Citroën 17 %. À eux trois, ils s'arrogent les deux tiers du gâteau français des utilitaires, contre 54,5 % seulement de celui des voitures particulières. Modèle le plus vendu : le Renault Kangoo, qui prend à lui seul 8,8 % du marché.Renault le moins délocaliséLes fourgons, fourgonnettes ou autres dérivés utilitaires de petites berlines sont d'autant plus importants pour l'industrie automobile française que 34 % de la production de Renault et PSA est réalisée dans l'Hexagone, contre 30 % pour les voitures particulières. Et là, paradoxalement, c'est Renault le moins délocalisé ! L'ex-Régie réalise ainsi plus de la moitié de sa production mondiale en France, contre 21 % à peine pour PSA. En effet, Renault fabrique ses célèbres Kangoo et Master en France. Alors que PSA assemble ses Bipper et Nemo en Turquie avec Fiat, ses Partner et Berlingo en Espagne, ses fourgons Jumper et Boxer en Italie. A.-G. V.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :