Comment Dacia réussit à produire moins cher que la concurrence

 |   |  487  mots
Mais comment fait donc Dacia pour parvenir à des prix de vente si bas ? Le nouveau 4 x 4 Duster de la filiale à bas coûts de Renault sera en effet disponible à partir de 11.900 euros en deux roues motrices, de 13.900 en quatre... Soit 10.000 euros de moins, au bas mot, que des véhicules équivalents. « Nous réutilisons un maximum de pièces d'autres modèles. 50 % en nombre et 70 % en valeur des composants proviennent d'une Sandero ou d'une Logan », nous explique Gérard Detourbet, patron de Dacia. « Le Duster partage les portières avant, le pare-brise, la planche de bord, les sièges d'une Sandero », et bien sûr la mécanique.« Quand on étudie une Dacia, on fixe un prix de vente. Et c'est d'après cela qu'on construit la voiture. Si une fonctionnalité est trop chère, on la retire. Chaque pièce est regardée centime par centime », poursuit Gérard Detourbet. Du coup, une Dacia est beaucoup plus simple, comprend bien moins de pièces qu'une Renault, avec une offre de versions limitée. Les Dacia ayant des durées de vie en production très longues, les séries sont plus importantes, et le coût unitaire s'en trouve abaissé. La plate-forme sera utilisée bientôt massivement par le russe Avtovaz (Lada).Par ailleurs, les coûts salariaux en Roumanie, où est fabriqué le Duster, jouent bien sûr leur rôle. « Ils sont dans un rapport de 1 à 7 avec la France. Les fournisseurs proviennent à 75 % de Roumanie ou des pays de la région, Turquie ou République tchèque. » Au total, l'« économie de coûts par rapport à un véhicule identique qui serait produit en France est de 2.000 euros ».Ces recettes font que pas moins de 535.200 véhicules d'entrée de gamme ont été vendus l'an dernier par Dacia, mais aussi sous le label Renault en Russie, Amérique du Sud, Iran, dont 180.000 à 200.000 en Europe de l'Ouest. « On fera les mêmes volumes globaux ou un peu plus cette année », assure Gérard Detourbet. Avec la prochaine usine marocaine de Tanger, « nous disposerons de capacités d'un million d'unités ». Seules les performances en Iran et en Inde sont décevantes. En Iran, « 70.000 à 80.000 véhicules seulement sont planifiés pour 2010, au lieu d'un objectif initial de 200.000, à cause des problèmes de paiement du pays ». En Inde, la Logan est frappée par une taxe qui la renchérit.Pour le nouveau 4 x 4 Duster, dont les premières livraisons auront lieu en avril, « le potentiel est de 80.000 à 90.000 sur l'année. Il sera de 150.000 ensuite ». Et des capacités additionnelles « de 60.000 unités à Moscou et d'autant au Brésil seront installées ». Après le 4 x 4, le groupe prévoit un modèle encore moins cher que la Sandero au Brésil, en Russie et en Chine. Enfin, deux autres véhicules seront fabriqués à Tanger. On évoque notamment une familiale. Alain-Gabriel Verdevoye, à Genève

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :