Espionnage : la France aurait aussi son "Big Brother"

Faut-il l’appeler « Grand Frère » ? Le Big Brother français, en référence au système de surveillance de la vie privée des populations consacré dans le livre 1984 de George Orwell, existerait bel et bien. C’est en tout cas ce qu\'assure le journal Le Monde ce jeudi 4 juillet. D’après le quotidien, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) « collecte systématiquement les signaux électromagnétiques émis par les ordinateurs ou les téléphones en France, tout comme les flux entre les Français et l\'étranger ».L\'omerta des politiquesCette activité d’espionnage n’est soumise à aucun contrôle, et les politiques se plient à la règle de l’omerta sur ce dossier dont le but est de découvrir et neutraliser des cellules terroristes. Ainsi, le système mis en place ne s’intéresse pas aux contenus des conversations ou des messages transmis. Il s’intéresse aux connections entre les « cibles » visées par la DGSE. Cela permet de tisser la toile des cellules activistes potentiellement dangereuses. Sauf que, comme l’observe Le Monde, ce système permet d’espionner toute personne qui intéresserait la DGSE ou un autre service de renseignement qui aurait également accès aux données stockées. Autant dire qu’en l’absence de tout contrôle, toute personne peut être visée par cette surveillance intrusive sans pour autant être suspectée d’activités terroristes.D’après Le Monde, la DGSE stocke ainsi des milliards de données au siège de la DGSE à Paris. Toutes ces informations sont ensuite moulinées à travers un supercalculateur. Ces révélations surviennent quelques semaines après les révélations d’Edward Snowden, l’ex-agent des renseignements américains sur l’existence d’un programme d’espionnage des réseaux sociaux appelé PRISM. D’après de plus récentes révélations, les renseignements américains ont également mis en place un système d’écoute des instances européennes et de certains pays.  

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.