« La suppression de 1.800 postes n'est pas une surprise »

 |   |  426  mots
STRONG>Dominique-Jean Chertier Président du conseil d'administration de Pôle emploiPôle emploi a confirmé jeudi la suppression de 1.800 postes d'ici fin 2011. Cela ne risque-t-il pas de réduire l'accompagnement des demandeurs d'emploi ?Ce n'est pas une surprise en soi, puisque cette suppression figure dans le projet de loi de finances pour 2011. Je rappelle que ces suppressions sont à mettre en regard avec le transfert de l'activité de recouvrement des contributions de Pôle emploi vers les Urssaf, qui représentait quelque 1.000 personnes.A l'ordre du jour du conseil d'administration de Pôle emploi qui se tient vendredi figure le budget rectifié de l'institution pour 2010. Pourquoi ?Comme ailleurs, le cadrage budgétaire de Pôle emploi est un exercice délicat et synonyme de tensions. Ce qui complique les choses en 2010, c'est que nous allons avoir un budget rectifié. Ce budget, qui fera l'objet d'un vote avant la fin de l'année, tient compte d'évolutions, comme la non-compensation par l'état du transfert des personnels de l'Afpa (52 millions d'euros) et du budget de gestion de l'Allocation spécifique de solidarité (95 millions d'euros) vers Pôle emploi.Les partenaires sociaux sont furieux...La décision de l'état a pu provoquer de l'irritation chez les partenaires sociaux car les enjeux financiers sont importants. Pôle emploi verse chaque année quelque 30 milliards d'euros de prestations ou d'aides. Son budget de fonctionnement est de 3,6 milliards d'euros. Il est financé aux 2/3 par une dotation de l'Unedic figée dans la loi (10 % des cotisations) et pour 1/3 par une dotation de l'état (1,36 milliards d'euros), revue chaque année. Il faut fonctionner avec ces deux financeurs, dont les moyens sont contraints.Peut-on améliorer la gouvernance de Pôle emploi ?On peut identifier les difficultés et réfléchir à la manière de mieux fonctionner. Je vais demander aux membres du conseil de me faire des propositions concrètes. Il est par exemple possible de modifier le calendrier de certaines décisions et de créer des procédures pour que les partenaires sociaux en soient informés au plus tôt. Nous ferons remonter ces propositions au secrétariat d'état à l'Emploi.La consultation menée par Pôle emploi auprès des usagers est aussi au menu...Nous allons analyser les 100.000 réponses reçues. Cela nous permettra de définir les priorités pour l'avenir. Si 2/3 des demandeurs d'emploi sont satisfaits du fonctionnement de l'institution, ils ont aussi exprimé de fortes attentes en termes d'information sur le marché du travail local. Propos recueillis par Isabelle Moreau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :