Chez UBS, les bonus seront payés non plus en cash, mais sous forme d'obligations

La pression s’accroit sur les 6.500 plus gros salaires de la banque suisse UBS. Selon le Financial Times, ses dirigeants s’apprêteraient à annoncer une réforme de la rémunération par bonus.Désormais, les banquiers de la première banque suisse recevront leurs bonus sous la forme d’obligations. Ces bonus seront alors annulés si le capital de la banque diminue au-delà des 7% réglementaires, ou si la banque subit une lourde perte. Ces obligations seront rémunérées au prix du marché.Une recommandation pour une séparation des banquesUBS est ainsi la première à reprendre une recommandation de la commission d’Erkki Liikanen, mandaté par la Commission européenne pour établir un rapport sur la séparation des banques en octobre. Cette méthode permet aux salariés de transformer leurs obligations en capital si la banque s’en sort bien, mais en cas de difficultés, ces bonus seraient annulés. Et permet à la banque d’augmenter du même coup ses fonds propres réglementaires.“Des analystes estiment qu’UBS pourraient ainsi devenir une pionnière pour les autres banques sous pression de leurs investisseurs et leurs régulateurs, qui leurs réclament d’aligner les rémunérations sur celles de leurs actionnaires, et de leurs créditeurs”, ajoute le Financial Times.RBS et Crédit Suisse ont déjà utilisé des bonus liés à des obligations, relate le quotidien financier, mais ils ne concernaient que des capitaux spécifiques et toxiques.L\'amende du Libor pèsera sur les bonusLa réforme doit s’appliquer dès cette année, alors que le montant des bonus de la banque doivent diminuer d’au moins 5%. L’an dernier, ils avaient déjà subi une coupe de 40%. Et la banque devant payer une amende de 1,4 milliard de francs (1,15 milliard d’euros) après avoir admis une manipulation du Libor, ce montant devrait se retrouver sur le montant des bonus.Par ailleurs, une partie des bonus devrait être différée: 60% de leur montant seront payés dans 2 à 3 ans pour ceux touchant plus de 250.000 dollars (184.300 euros) par an, ajoute le journal.La première banque suisse a par ailleurs décidé de relever son dividende, à 0,15 franc par action contre 0,10 franc au titre de 2011.UBS avait annoncé un plan de licenciement de 10.000 salariés à l’automne.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.