Qui sera le nouveau patron de la Haute Autorité  ?

Lundi 8 mars, Louis Schweitzer quittera ses fonctions de président de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde) sans connaître le nom de son successeur. Certes, Malek Boutih, ancien président de SOS Racisme et secrétaire national du Parti socialiste, semble désormais être le candidat le plus sérieux. Mais l'Élysée, à qui revient le choix final, n'avait vendredi encore rien officialisé.Irrité par les prises de position de la Halde sur les tests ADN ou le fichier Edwige, l'exécutif hésite encore à laisser sa pleine autonomie à l'institution ou la rattacher, comme le suggère Yazid Sabeg, au futur « défenseur de droits » créé lors de la révision constitutionnelle de 2008. Étendard médiatiqueAutre point en débat, le profil du futur président. Faut-il, à l'instar de Louis Schweitzer, privilégier un homme d'entreprise, fin connaisseur des rouages de l'État, capable d'imposer aux dirigeants du CAC 40 remontrances et sanctions ? Ou privilégier une icône de la diversité qui porterait haut l'étendard médiatique de la lutte contre les discriminations ? Avec le risque de réduire celle-ci au seul champ de la discrimination ethnique quand la Halde est, jusque-là, intervenue dans tous les domaines. Pour maintenir la Halde dans le paysage, le successeur de Louis Schweitzer devra avoir su s'extraire des querelles intestines qui agitent souvent le petit monde de la diversité. Et bénéficier d'une autorité morale incontestée. À ce titre, Malek Boutih est un candidat capable de réunir un consensus autour de son nom. Avec l'avantage, aux yeux de l'exécutif, d'être une nouvelle prise de guerre au Parti socialiste...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.