Les spécialistes des vacances préparent leur retour en Tunisie

 |   |  461  mots
Selon nos informations, une délégation de tour-opérateurs et de représentants des pouvoirs publics se rendra le 8 février en Tunisie pour deux jours. L'objectif est de s'assurer que toutes les conditions sont désormais réunies pour préparer la réouverture de la première destination des vacanciers français. Une visite importante à la veille des vacances d'hiver et alors que l'Egypte, autre destination phare, est fermée pour un temps indéterminé. Tui, la maison mère de Nouvelle Frontière, a déjà fait ses comptes, la situation en Tunisie et en Egypte lui coûtera 35 millions d'euros. En Tunisie, un autre sujet pourrait être abordé par les tour-opérateurs. « Chaque année est désormais marquée par des catastrophes dans le tourisme et les tour-opérateurs se doivent d'organiser le rapatriement de leurs clients, ce qui est coûteux. Compte tenu des faibles marges dans le secteur, il est urgent d'organiser avec les autorité publiques, un fonds de solidarité sur le modèle de ce qui se fait aux Pays-Bas grâce à un euro prélevé sur chaque voyageur », plaide le président de Nouvelles Frontières, Jean-Marc Siano.Contraints à l'exploitCes nouvelles déconvenues interviennent alors que les ventes de voyages étaient sorties de crise. « Nous connaissons toujours des taux de croissance à deux chiffres des réservations pour 2011 », assure le porte-parole des voyagistes français réunis au sein du Ceto, René-Marc Chikli. Pour continuer à ce rythme, les tour-opérateurs sont contraints à l'exploit. « En cours de saison et à la veille des vacances de février, nous sommes en train de redéfinir notre offre en transférant nos capacités aériennes et en recherchant des hôtels sur d'autres destinations », explique Jean-Marc Siano. La tâche est ardue car les tour-opérateurs des autres pays européens concentrent également leur offre sur les Canaries, la Turquie, le Sénégal et la République Dominicaine. « Les ventes de séjours dans les destinations lointaines compensent pour le moment le manque à gagner sur les pays du bassin méditerranéen mais nous constatons un déficit de clients », souligne le président de Nouvelles Frontières.Les touristes n'envisagent pourtant pas de s'offrir des vacances en France pour le moment. Les réservations à la montagne sont attendues à un niveau « comparable » à celles de 2010 par Pierre et Vacances. Les skieurs s'interrogent alors qu'il n'a pas neigé en janvier. « Nous avons fait pousser la neige ! », affirme le vice-président de l'association des maires de stations de montagne, Jacques Guillot, en faisant allusion aux canons à neige : « les conditions de ski sont bonnes ». Les clients des résidences Lagrange semblent convaincus puisque les réservations pour février sont en hausse de 8,5 %. Héléna Dupuy

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :