Une contribution d'un faible niveau en 2010

 |   |  370  mots
« Je ne vois pas comment on pourrait s'écarter au démarrage du prix de la tonne de CO2 sur le marché aujourd'hui. C'est la base de départ. » Par cette petite phrase, prononcée hier à Seignosse, à l'occasion de l'université d'été de l'UMP, François Fillon a coupé court aux supputations sur le niveau de la taxe carbone. Nicolas Sarkozy a beau avoir dit à Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, que rien n'était tranché, pas question pour l'exécutif d'imposer une contribution climat-énergie significativement plus lourde que prévu en début de semaine, et annoncé semble-t-il un peu vite par le premier ministre au « Figaro Magazine » (14 euros la tonne en 2010). Conseiller du président de la République, Dominique Paillé confirme : « Ce sera au prix du marché, si jeudi, lors de l'annonce par Nicolas Sarkozy, le prix est à 16 euros [la tonne de CO2, Ndlr], tant mieux ! » a-t-il déclaré en marge de l'université d'été.progressivitéLe gage donné aux Verts, qui regretteront ce prix initial, ce sera la progressivité. La future taxe « sera progressive », a insisté François Fillon, après Henri Guaino, conseiller spécial du chef de l'État. Autrement dit, elle grimperait après 2010. « Il faut partir bas et monter progressivement en accompagnant le changement des comportements », a affirmé Henri Guaino. Il ne veut pas un prix élevé « car le but de cette taxe, ce n'est pas de prélever de l'argent, mais de modifier les comportements ».Les annonces présidentielles, qui prendront probablement la forme d'un discours ? la pédagogie est nécessaire, insistent ses proches ?, ne devraient donc pas beaucoup différer du schéma développé par François Fillon dans son interview au « Figaro Magazine » (lire « La Tribune » du 3 septembre).Puisqu'il n'est pas question d'augmenter les impôts, le produit de la taxe carbone sera redistribué de deux manières : d'une part, au moyen d'un allégement d'impôt ou de cotisation sociale au profit de tous les contribuables ? qui pourrait se voir sur la feuille de salaire ? ; d'autre part, via des aides spécifiques réservées aux ménages habitant les zones rurales et contraints d'utiliser leur voiture pour se déplacer. Ivan Best

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :