Deutsche Börse, victime de l'atonie des marchés financiers

 |   |  365  mots
En présentant les comptes 2008, en février dernier, Reto Francioni, le patron de Deutsche Börse s'était gardé de formuler des prévisions pour 2009. « Nous n'anticipons pas un nouveau record en 2009 », avait-il indiqué alors. Il aura joué la carte de la sagesse. Car Deutsche Börse n'a pas dérogé à la tendance générale des entreprises de marché opérant sur les actions?: le troisième trimestre a été synonyme d'une nouvelle érosion du résultat. Le bénéfice de l'opérateur de la Bourse de Francfort a fondu de 38,5 %, à 158,3 millions d'euros. Et pourtant, ses coûts ont très légèrement diminué (de 1 %), à 306,7 millions d'euros. Cela n'a pas suffi à contrebalancer le recul de l'activité déploré sur Xetra, la plate-forme électronique de négociation sur actions du groupe, et sur son marché à terme Eurex dans un environnement de marché encore difficile. Xetra a vu ses recettes chuter de 36,8 % et Eurex de 25,6 %. In fine, le chiffre d'affaires de Deutsche Börse a plié de 18,7 %, à 500,9 millions d'euros. En outre, l'activité bancaire de Clearstream a souffert de taux d'intérêt à court terme plus faibles?: ses revenus d'intérêt ont chuté de 60,7 %, à 21,9 millions. Du coup, sur les neuf premiers mois de l'année, le résultat net ressort à 529,1 millions d'euros, loin des 810,9 millions dégagés un an plus tôt. Le record annuel de 2008 de 1,03 milliard d'euros (réalisé sur un chiffre d'affaires de 2,45 milliards) apparaît bel et bien hors de portée. Même si le groupe a réitéré hier, pour 2009 comme 2010, son objectif de coûts n'excédant pas le niveau de 2008, de 1,28 milliard d'euros. Ce qui ne l'empêchera pas de financer sa croissance organique. Le groupe ambitionne aussi des opérations de croissance externe. Deutsche Börse a confirmé hier faire partie des trois candidats définitifs à une prise de participation majoritaire au capital de la Bourse de Varsovie. Le Trésor polonais, qui détient 98,82 % de la Bourse, entend céder de 51 % à 73,82 %. Le résultat pourrait être connu dès la semaine prochaine. De son côté, Nyse-Euronext n'a pas souhaité commenter son éventuelle participation à la privatisation. Christèle Fradinopérateur boursie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :