AsieLa Corée du Nord, en proie à de graves difficultés, s&ap...

 |   |  347  mots
La Corée du Nord, en proie à de graves difficultés, s'ouvre aux investisseurs étrangersUne délégation d'entreprises européennes se rend à Pyongyang fin avril pour explorer les possibilités dans le secteur du textile. La Corée du Nord s'ouvre aux investisseurs étrangers. Du 26 au 30 avril, une délégation d'entreprises européennes se rendra à Pyongyang afin d'y explorer les possibilités dans le secteur du textile. La visite est organisée par l'European Business Organisation (EBO), une association de chambres de commerce européennes du monde entier. Mandatée par la chambre de commerce du pays communiste, cette mission fait écho à l'initiative très médiatisée des jeunes entrepreneurs suédois de Noko Jeans : ceux-ci s'étaient rendus à Pyongyang en 2008 afin de visiter des usines et de trouver des partenaires. En décembre dernier, leurs 1.100 jeans, coupés et taillés au nord, ont finalement été mis à la vente en Suède.« ouverture économique »Les sanctions internationales ont porté un coup rude aux rentrées de devises du pays, considéré comme l'un des plus fermés au monde. Le régime se tourne à présent vers l'extérieur pour relancer son économie. En janvier, il a même ouvert une banque de développement, dans le but d'attirer les investissements. « Des changements significatifs ont lieu, signe que les autorités préparent une ouverture économique », analyse le professeur Cheong Seong-chang, spécialiste de la Corée du Nord à l'Institut Sejong, à Séoul. Depuis 2003 existe déjà à Kaesong, près de la frontière intercoréenne, une zone industrielle où 116 entreprises sud-coréennes font travailler quelque 40.000 ouvriers nord-coréens. Les opérations restent tributaires des fluctuations politiques, mais la main-d'oeuvre y est compétente, et deux fois moins chère qu'en Chine.Pour Pascale Youn, l'un des représentants d'EBO à Paris, « des initiatives comme cette visite d'entreprises textiles permettent d'ouvrir des brèches, et d'intégrer la Corée du Nord dans la communauté internationale ». Au programme, visites d'usines et réunions avec les autorités locales.FRÉDÉRIC OJARDIAS, à Séoul

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :