femmes

 |   |  453  mots
Les femmes sont de puissants vecteurs de changement économique et social », écrivait Amartya Sen dans son livre « Development as freedom », en 1999. Cet économiste indien n'a cessé de militer pour une plus grande participation des femmes dans l'économie et la vie politique des pays en développement. Avec un succès certain. Certes, les femmes des pays émergents ont encore du chemin à faire - comme celles des pays développés, d'ailleurs - pour atteindre une représentation égale à leur nombre et leur potentiel. Mais elles avancent. Dans les pays émergents, elles ont - littéralement - émergé. Au point que l'on peut se demander si c'est la croissance économique extraordinaire de nations comme la Chine, le Brésil, l'Inde, mais aussi l'Afrique du Sud ou la Turquie, qui a permis l'arrivée des femmes dans les sphères économiques et politiques, ou, au contraire, si c'est leur meilleure participation dans ces domaines qui a apporté la prospérité à ces pays !« Les nations pauvres ont compris que se priver du potentiel de la moitié de leur population n'avait pas de sens », assure Sara Elder, économiste au Bureau international du travail. Les femmes sont massivement entrées dans le monde du travail des pays émergents. « Et si le taux de participation baisse en Chine - il est passé de 71,5 % en 1991 à 66,5 % en 2009 - c'est avant tout un signe d'accroissement de richesses, les femmes n'étant plus autant qu'avant poussées par la pauvreté à travailler », indique cette experte.sommet des entreprisesÉvidemment, le succès de quelques unes ne saurait occulter les difficultés que rencontrent encore la majorité des femmes des pays émergents. Cependant, le vivier étant plus large, leur nombre, au sommet des entreprises, s'en trouve accru. L'étude réalisée l'an dernier par le cabinet Grant Thornton fait ressortir que « dans les pays émergents, le rôle des femmes dans les directions générales des entreprises privées est aujourd'hui parfois plus développé que dans les pays industrialisés », souligne Frédéric Zeitoun, associé du cabinet. De fait, alors qu'au sein des directions générales, les femmes ne sont que 7 % au Japon, 18 % en France et 20 % aux États-Unis, elles sont 47 % aux Philippines, 38 % en Thaïlande et 31 % en Malaisie ainsi qu'en Chine. Tous les terreaux des pays émergents semblent fertiles, que ce soit des nations catholiques, bouddhistes, musulmanes ou communistes. Les avancées sont cependant plus fortes en économie qu'en politique. Sur une échelle générale de 0 à 10 (10 étant la parité parfaite), seule l'Afrique du Sud obtient, sur ce point, 4,5 tandis que la Chine se situe à 1,4, les Philippines à 2,9, la Russie à 0,8, l'Inde à 2,7 et la Turquie à 0,7 ainsi que le Brésil (0,6). En Europe, seule la Suède est à 4,9. La France, elle, est à 2,9...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :