Le gouvernement portugais annonce une sortie de crise politique

 |   |  515  mots
La coalition gouvernementale (conservatrice) au Portugal, dirigée par le Premier ministre Pedro Passos Coelho, est parvenue vendredi à un accord, pour assurer sa survie, déstabilisé depuis le début de la semaine par une crise politique majeure qui inquiétait les créanciers internationaux. Après 48 heures d\'intenses négociations, \"le Premier ministre a présenté (...)  au président de la République (Anibal Cavaco Silva) un accord politique conclu avec le chef du CDS-PP\", Paulo Portas, son partenaire de coalition et ministre des Affaires étrangères démissionnaire, a indiqué le cabinet du chef du gouvernement.Tourmente politiqueLe Portugal était en pleine tourmente politique depuis la démission mardi dernier de Paulo Portas, après celle du ministre des Finances, Vitor Gaspar, principal responsable de la mise en oeuvre du programme de réformes et de rigueur que le pays s\'est engagé à mettre en oeuvre en échange de l\'aide internationale. Afin de préserver la majorité qui le soutient au Parlement, le Premier ministre  avait refusé la démission du chef de la diplomatie et engagé avec lui des négociations qui pourraient entraîner, selon les médias, un profond remaniement ministériel.L\'austérité remise en question ?Le président entamera lundi des consultations avec les partis représentés au Parlement. Tout au long de la semaine, des responsables européens ont appelé le Portugal à poursuivre ses efforts d\'assainissement financier, dans le cadre du plan d\'aide de 78 milliards d\'euros accordé par l\'Union européenne et le Fonds monétaire international. La crise à Lisbonne a mis en évidence \"le danger que comporte le moindre signal pouvant donner le sentiment que la détermination à corriger certains déséquilibres n\'existe plus\", a souligné pour sa part vendredi  le président de la Commission européenne, le portugais José Manuel Barroso. L\'économie portugaise est entrée dans sa troisième année de récession et le taux de chômage a dépassé 17% au premier trimestre, un niveau sans précédent. Manifestations prévuesLa CGTP, principale confédération syndicale du pays, et divers mouvements citoyens s\'opposant à la mise sous tutelle financière du Portugal, ont appelé à manifester ce samedi devant le palais présidentiel pour réclamer la démission du gouvernement. \"L\'instabilité politique au Portugal résulte essentiellement de tensions accrues par la récession économique, la hausse du chômage et la nécessité pour le gouvernement de continuer à appliquer de nouvelles mesures afin de respecter les objectifs du programme\", a analysé vendredi l\'agence de notation financière Standard and Poor\'s, en annonçant l\'abaissement de la perspective de la note de la dette souveraine du pays de \"stable\" à \"négative\". La \"troïka\" UE-BCE-FMI représentant les créanciers du Portugal, qui a déjà assoupli ses objectifs budgétaires à deux reprises, doit entamer le 15 juillet un nouvel examen du plan de réformes, notamment de l\'Etat visant à réduire les dépenses publiques de 4,7 milliards d\'euros supplémentaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :