Retard des grands pays d'Europe dans la fibre optique

 |   |  374  mots
TélécomsLa France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne derrière la Slovénie, Andorre ou l'Islande dans la fibre optique? C'est la conclusion cinglante d'une étude réalisée par le FTTH Council sur le déploiement de ces nouveaux réseaux fixes d'accès à Internet à très haut débit. Selon les résultats préliminaires de la recherche menée par l'organisation professionnelle, annoncés hier à Paris lors du salon du très haut débit (Broadband World Forum), les trois plus grandes économies européennes ne figurent pas dans le classement des nations ayant les taux de pénétration le plus élevés dans la fibre optique.question de moyensLa Suède et la Norvège occupent les deux premières places avec un peu plus de 10 % de leur population connectés à ce réseau d'accès à Internet à très haut débit. Ils sont suivis par la Slovénie (8,9 %), Andorre (6,6 %), le Danemark (5,7 %) et l'Islande (5,6 %). Selon le FTTH Council, qui s'appuie sur une étude de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms en Europe (Idate), les pays d'Europe centrale et la Russie affichent des taux de croissance importants ce qui leur permet, pour certains, d'intégrer le top 10 européen.La superficie, la taille et la répartition géographique de la population de ces trois grands pays expliquent en partie le retard dans le déploiement de la fibre optique. Fibrer un logement coûte environ 1.000 euros en ville mais le prix peut doubler dans les zones rurales.Selon Thomas Kallstenius, membre du comité des analyses du marché au FTTH Council, cette situation doit pousser l'Europe à « accélérer les mesures incitatives en faveur de la fibre optique ». Avec environ 2 millions d'abonnés, dont 80 % sont concentrés dans seulement 6 pays, le Vieux Continent est très en retard par rapport aux États-Unis où près de 5 millions d'Américains sont déjà connectés à Internet sur un réseau à très haut débit. La France envisage de consacrer une partie de son grand emprunt au déploiement d'un réseau de fibre optique. Un séminaire intergouvernemental fera le point sur ce sujet jeudi. O. Pi.cette situation doit pousser l'Europe à accélérer les mesures incitatives.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :