Une Chine qui communique vers le monde

 |   |  642  mots
L'écart se creuse entre l'économie chinoise et celle de ses voisins. Le PIB chinois a récemment dépassé celui du Japon. Sans même parler de la valeur du yuan, Pékin voit son rôle sans cesse renforcé sur la scène internationale. Et les multinationales chinoises prennent une importance croissante, en Asie, en Europe et aux États-Unis. Ces succès, expliqués avec force détails durant plusieurs semaines dans « La Tribune » cet été, ne sauraient faire oublier la nécessité pour la Chine de mieux communiquer à l'étranger, où subsistent - au mieux - de nombreuses interrogations notamment sur la qualité des produits chinois. Selon une enquête rendue publique par la BBC le 30 juin dernier, et réalisée auprès de 30.000 personnes dans 28 pays, 34 % déclarent avoir une mauvaise opinion de la Chine - contre 49 % il y a cinq ans.Il fallait donc réagir. Alors que s'achèvera dans quelques semaines l'Exposition universelle de Shanghai, la Chine multiplie donc les opérations de communication à l'international. Cela passe par des campagnes comme celle de début 2010 « Made in China, made with the world », diffusée notamment sur BBC World et CNN. Une nouvelle campagne est prévue dans les semaines qui viennent, et un bureau de la « diplomatie publique » a par ailleurs été créé au sein du ministère des Affaires étrangères à Pékin.Cette offensive passe aussi par de nouveaux événements de grande ampleur sur le territoire chinois, tels les Jeux asiatiques de Canton en novembre, mais aussi la mise en place de moyens de promotion de la Chine à l'étranger. À cet égard, les médias et les instituts culturels semblent répondre à des directives bien précises.Il y a quelques semaines, l'agence de presse officielle Xinhua a lancé une nouvelle chaîne d'information continue en anglais au nom particulièrement évocateur?: China Network Corporation (CNC), avec en prime l'ouverture d'un important studio en plein New York. Objectifs affichés par le président de cette agence étatique, Li Congjun? : « Offrir une source alternative d'information à une audience globale et viser à promouvoir la paix et le développement en décryptant le monde dans une perspective globale. » Pour sa part, la télévision nationale chinoise CCTV a augmenté ses bureaux à l'étranger, une cinquantaine, qui alimentent des chaînes en anglais, en français et en espagnol. Le renforcement du quotidien anglophone « China Daily » et de l'édition en anglais du « Quotidien du peuple » (« Global Times »), ainsi que des programmes en langues étrangères de China Radio International participent de la même idée?: faire entendre la voix de la Chine à l'international.Second volet ?: les instituts Confucius qui émanent du Conseil international de la langue chinoise, lequel accorde à chacun de ces établissements un budget de départ de 850.000 euros et un budget opérationnel de 200.000 euros par an. Ils prolifèrent depuis quelques années, pour atteindre aujourd'hui un réseau de plus de 300 établissements dans le monde. À l'image de l'Alliance française, du British Council ou des instituts Goethe, ces établissements dispensent principalement des cours de langue mais certains s'essaient à l'organisation de colloques sur des sujets plus politiques ou philosophiques. Tout cela contribue grandement à accroître l'influence de la Chine.À l'heure où elle entend prendre toute sa place sur l'échiquier international, la Chine apparaît plus soucieuse que jamais de son image internationale. Sa nouvelle stratégie de diplomatie culturelle « soft » et de relations publiques tournées vers le reste du monde semble vouloir accompagner un rôle de plus en plus affirmé dans les grands débats de politique internationale surtout depuis la mise en place du G20. Une chose est sûre?: au rythme de progression de l'économie chinoise, sans parler de son influence, une bonne dose de pédagogie paraît nécessaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :