Sita UK transforme le plastique en gazole

« Plusieurs expériences de conversion de plastique en pétrole brut ont été couronnées de succès, reconnaît David Palmer-Jones, directeur général de Sita UK. Mais nous, en partenariat avec Cynar, nous allons transformer le plastique en carburant pour diesel immédiatement utilisable pour faire rouler des véhicules, et ce, à une échelle commerciale. » Ce partenariat est initié avec le soutien du fonds d'investissement de Suez Environnement, Blue Orange, qui sera officiellement lancé à Paris fin novembre et qui réalise là sa première prise de participation. Il ouvre de grandes perspectives à la filiale britannique de Suez Environnement.Présent au Royaume-Uni depuis un peu plus de vingt ans, Sita UK a vu évoluer la réglementation sur les déchets. « Le Royaume-Uni était en retard sur le recyclage, mais les gouvernements successifs ont beaucoup fait progresser les choses, notamment en imposant de fortes taxes sur l'enfouissement », témoigne David Palmer-Jones. L'entreprise s'est donc adaptée pour être à même de « donner une deuxième vie aux déchets ». Le partenariat avec Cynar s'inscrit dans une recherche permanente de solutions innovantes pour y parvenir.« Économie circulaire »Le process consiste à séparer les plastiques à forte valeur tel le PET, utilisé pour les bouteilles, de ceux à moindre valeur, pour les transformer. Une tonne de plastique permet de produire 750 litres de gazole, des petites quantités de kérosène (qui sera mélangé en raffinerie pour fabriquer de l'essence) et du gaz, utilisé pour alimenter le process de production. « Cela forme une boucle, on est vraiment dans l'économie circulaire », se réjouit David Palmer-Jones. L'idée est de vendre la solution aux collectivités locales auprès desquelles serait capté le flux, les ménages étant de gros producteurs de plastiques, via les emballages notamment. Outre une petite contribution des villes, la vente de carburant constituera le principal revenu. Sur le plan environnemental, en plus de substituer le recyclage à l'enfouissement, ce carburant présente sur son cycle de vie un bien meilleur bilan que celui d'origine fossile.« Nous savons que le marché est énorme », assure David Palmer-Jones. Chacune des dix usines que Sita UK et son partenaire comptent ouvrir au Royaume-Uni avec l'appui de Blue Orange, pourra traiter 6.000 tonnes de plastiques. La première devrait être opérationnelle au Royaume-Uni à la fin 2011, mais Sita n'en restera pas là. « Le plastique est partout et la tendance est au renchérissement de l'enfouissement. » C'est pourquoi l'accord signé avec Cynar prévoit l'exclusivité sur les principaux marchés européens, notamment la France.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.