Un accord a été trouvé pour renflouer l'ex-Sonacotra

Le sauvetage d'Adoma (l'ex-Sonacotra, créée à l'origine pour loger les travailleurs migrants) est en bonne voie. Le 28 octobre, à l'occasion du dernier conseil d'administration de la société anonyme d'économie mixte (SAEM), l'État (57 % du capital), la Société nationale immobilière (SNI, filiale de la Caisse des Dépôts, 28,6 % du capital), et Action logement (ex-1 % logement) se sont mis d'accord pour lui apporter 57 millions d'euros d'argent frais. La SNI accordera un prêt d'actionnaire de 25 millions, Action logement apportera la même somme sous forme de prêt à long terme et L'État avancera 7 millions. Pour l'instant, il n'y a pas d'évolution de la structure actionnariale. Cette somme permettra à Adoma d'entamer la rénovation d'un parc immobilier extrêmement dégradé, mais aussi de se concentrer sur ses nouvelles missions. « Le cahier des charges d'Adoma pour la période 2011-2015 a été précisé », souligne-t-on au secrétariat d'État au Logement. Les missions traditionnelles (insertion par le logement, hébergement des demandeurs d'asile et des sans-abri) y sont confirmées. S'y ajoute la nécessité de prendre en compte le vieillissement des travailleurs migrants, d'ouvrir le parc d'Adoma à d'autres personnes, notamment les jeunes actifs, et de favoriser la cohabitation entre différents publics.La recherche d'une solution ne date pas d'hier. En 2006, l'État et la SNI ont déjà apporté 50 millions d'euros de capital supplémentaire à Adoma. En 2009, l'État lui a accordé 37 millions au titre du plan de relance de l'économie. Puis, au début de cette année, il a demandé à la SNI de devenir l'actionnaire principal d'Adoma mais a essuyé un refus. Vendredi, les négociations se poursuivaient et aucun accord n'avait encore été formellement signé. La date d'un nouveau conseil d'administration devrait être fixée d'ici à la fin du mois. Sophie Rolland

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.