Moneo affiche de grandes ambitions pour 2015

 |   |  391  mots
« Une solution qui assure au mieux l'avenir de Moneo ». C'est en ces termes que Patrick Werner, président sortant la société de micro paiement, a présenté le rachat de Moneo par le fonds de capital investissement BlackFin Capital Partners devant la presse ce mardi. Lundi, « La Tribune » avait déjà révélé le caractère imminent de l'opération. Elle a effectivement été bouclée le 6 décembre mais son montant n'a pas été révélé. Le fonds BlackFin, créé en 2009, investirait environ 10 millions d'euros pour accélérer le développement de l'activité. Les salariés et les dirigeants exécutifs sont conservés. Ambition affichée à l'horizon 2015 : multiplier par trois le chiffre d'affaires (10 millions d'euros aujourd'hui), faire passer le nombre de cartes actives de 1,8 à plus de 5 millions et augmenter les flux traités de 100 millions à 750 millions d'euros.« Des pieds de plomb »Libérée de la tutelle des banques, Moneo espère « passer d'un succès d'estime à un succès commercial », a déclaré son directeur général, Olivier Méric. Ce dernier ne regrette visiblement pas ses anciens actionnaires (les banques BPCE, Crédit Agricolegricole, BNP Paribas, Société Généralecute; Générale, Crédit-Mutuel-CIC, HSBC France et La Banque Postale, ainsi que France Télécome;lécom, la RATP et la SNCF). « Moneo est une entreprise de technologie et nous avions parfois l'impression d'avancer avec des pieds de plomb », a-t-il expliqué, ajoutant que son temps serait désormais moins occupé par la « diplomatie interbancaire ».Moneo qui se définissait à l'origine avant tout comme un porte monnaie électronique (maximum 100 euros) est en fait devenu une carte multi services. 52 % de l'activité est ainsi réalisée par les étudiants équipés d'un « pass campus » (une carte d'étudiant qui permet de régler les petits achats quotidiens ou le restaurant universitaire). « L'idée serait de proposer des services comparables à des grandes entreprises, des villes ou des fédérations sportives par exemple », explique Olivier Méric. Dans le domaine du paiement sans contact, Moneo revendique déjà 500.000 cartes en circulation mais la société devra mettre les bouchées doubles si elle ne veut pas se faire doubler par la concurrence. S. R.Le but pour la société est de passer le nombre de cartes actives de 1,8 à plus de 5 millions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :