L'Ukraine veut lancer une émission d'euro-bonds de 1,6 milliard d'euros

 |   |  427  mots
Le nouveau président ukrainien s'est fixé une série d'objectifs à remplir d'ici la fin de son mandat, dont l'un est de faire entrer son pays au rang des 30 pays les mieux classés aux yeux des investisseurs étrangers. L'Ukraine n'est encore que 145e sur 180 places. Mais cette semaine a été porteuse de bonnes nouvelles pour ce grand pays minier et céréalier. Début juillet, une mission du FMI présente à Kiev a annoncé que ce dernier devrait accorder un nouveau prêt de 14,9 milliards de dollars à condition toutefois que le pays ramène cette année son déficit budgétaire de 5,3 % du PIB à 4,9 %. Et à 3,5 % l'an prochain! Cette avancée intervient alors que les négociations avec l'institut avait été interrompues faute d'accord sur les réformes économiques à poursuivre. De surcroît, elle lui a valu de la part de l'agence Fitch une amélioration de la note de sa dette souveraine de long terme. Celle-ci ayant été relevée d'un cran à « B » contre « B- » auparavant. La perspective a quant à elle était maintenue « stable ». C'est dans ce contexte que le pays qui étudie aujourd'hui plusieurs moyens de financer son déficit budgétaire a ouvert une série de «road show » en Europe, le premier ayant eu lieu à Munich mercredi, en vue de réaliser une émission d'euros-obligations, la première depuis 2007. Le pays prévoit de céder d'ici à la fin de son road-show mardi prochain, 1,6 milliard d'euros d'obligations à dix ans. « Nous envisageons de faire cette émission mais nous ne la ferons pas à n'importe quel prix », avertit toutefois un membre du gouvernement, « Nous sommes à présent proches de signer l'accord avec le FMI ».Le ministre des finances a en effet estimé que si les investisseurs réclamaient un taux d'intérêt d'intérêt jugé trop élevé - à 8,5% - il pourrait renoncer à l'opération. « la Banque russe VTB nous accorde un crédit à court terme à 6,5 %, a-t-il expliqué, à présent nous cherchons à attirer des capitaux prêts à s'investir sur le long terme ». « C'est le jeu », estime Laurent Boudoin, directeur de Stelphia Asset management, « Toutefois le marché leur donne actuellement un rendement de 7 % sur une maturité de 7 ans. A plus long terme, ils ne pourront que difficilement obtenir un rendement inférieur à 8 %. Il faudra plutôt tabler entre 8 et 8,5 % ». Selon lui, l'opération a cependant des chances de susciter un grand appétit de la part des investisseurs : « L'Ukraine bénéficie aujourd'hui d'une meilleure image ». Marjorie Bertouille« Nous envisageons de faire cette émission mais pas à n'importe quel prix », avertit un membre du gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :