La Banque de France relève ses prévisions de croissance

1 mn

Comme Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, la Banque de France anticipe une fin d'année plutôt heureuse sur le plan économique. L'institution monétaire ne table plus sur une augmentation de 0,5 % du PIB au quatrième trimestre, mais de 0,6 %. Et ce, malgré les piètres performances du commerce extérieur (lire ci-dessus). L'Insee dévoilera ses estimations le 15 février prochain. « En novembre, l'activité industrielle s'est dans l'ensemble accélérée. Le taux d'utilisation des capacités de production a sensiblement progressé, tout en demeurant toutefois en deçà de sa moyenne de longue période. Les carnets se sont étoffés du fait de la progression soutenue des prises de commandes et sont considérés comme supérieurs à leur niveau normal. Les prévisions augurent d'une poursuite de la croissance de la production à court terme », explique la banque centrale.RéservesA court terme ? La Banque de France a bien raison de faire cette précision. En effet, au regard des incertitudes actuelles, notamment sur le marché des changes, et de l'absence de reprise franche en Europe et aux Etats-Unis, le réchauffement du climat des affaires observé par l'institution risque de faire long feu. Par conséquent, tabler sur une accélération progressive et continue de l'activité serait osé. Et malheureusement imprudent. Pour mémoire, la très grande majorité des économistes anticipe une croissance en léger repli en 2011 par rapport au 1,5 % et quelques qui devrait être atteint cette année. F. Pi.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.