Pourquoi la fièvre des dépenses de santé est tombée en 2012

 |   |  360  mots
De bon augure pour les comptes de l\'Assurance maladie? Les dépenses de soin en ville n\'ont augmenté que de 0,5% au cours des onze premiers mois de l\'année 2012 par rapport à la même période l\'an dernier, comme l\'indiquent ce mercredi des chiffres présentés par un article des Echos. Un \"coup de frein historique\", souligne le journal. A noter, ce niveau prend en compte les soins remboursés, qui ont tendance à s\'étaler dans le temps, et non ceux qui ont été facturés l\'an dernier. En prenant en compte ces dernier, les dépenses de santé ont augmenté de 1%.• 350 millions de moins que prévuQuoi qu\'il en soit, cette progression reste faible, le directeur de l\'Assurance-maladie Frédéric Van Roekeghem, prévoyant qu\'elle soit \"inférieure de 350 millions d\'euros à ce qui était prévu dans la loi de financement de la Sécurité sociale\". Il faudra cependant prendre en compte les 450 millions d\'euros de primes pour les médecins qui auront atteint des objectifs de santé publique.• -1,5% : le recul des ventes de médicaments en pharmacieDans le détail, ce ralentissement des dépenses de santé s\'explique notamment par un recul des ventes en pharmacie après les baisses de prix décidées par le gouvernement Fillon. Les Français semblent en outre avoir continué de se tourner vers des médicaments génériques, moins chers. Leur consommation était pourtant en baisse selon une étude de la Mutualité française portant sur des chiffres de 2011. Pour appuyer encore leur consommation, l\'Inspection générale des affaires sociales publiait fin décembre un rapport dans lequel elle recommandait de diminuer encore leur prix.• -1,6% : la baisse des indemnités journalières Le recul des dépenses de santé s\'expliquerait enfin par celui des indemnités journalières en cas d\'arrêt maladie. Les raisons? Un durcissement de leur mode de calcul depuis fin 2010 et des contrôles plus fréquents, mais aussi la hausse du chômage, qui, mécaniquement limite le nombre de salariés absents.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :