Boeing : série noire pour le B787 Dreamliner

 |   |  561  mots
Le B787 n’en finit pas de causer des tracas à Boeing. Après les déboires de l’industrialisation qui ont entraîné un retard de trois ans du programme, les incidents techniques en exploitation. Plus d’un an après sa mise en service dans la flotte de Japan Airlines (JAL), l’avion phare du constructeur américain est victime d’une série de problèmes techniques.Problème de frein ce mercrediCe mercredi, le vol de la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA) qui devait effectuer la liaison entre Yamaguchi (ouest du Japon) et Tokyo-Haneda en B787 a été annulé en raison d\'un problème de frein sur le train d’atterrissage arrière gauche. Une annulation qui intervient après deux problèmes rencontrés ces deux derniers jours par deux Dreamliner de JAL. Mardi, alors qu’un B787 roulait vers la piste de décollage l’aéroport international de Boston (Logan) pour s’envoler vers le Japon, une fuite de carburant est survenue, forçant l’appareil à rester sur le tarmac de l’aéroport américain. La veille, lundi, sur ce même aéroport, après son atterrissage, un début d\'incendie s’est déclaré à bord pendant le nettoyage de l’avion, à cause de la « batterie utilisée pour démarrer le groupe auxiliaire de puissance (APU)\", destinée à l\'alimentation électrique à bord, a expliqué Boeing.Selon le \"Wall Street Journal\", United Airlines a elle aussi découvert des connexions électriques mal installées sur l\'un de ses six 787 lors de vérifications lancées à la suite du début d\'incendie de lundi. United a confirmé à l\'AFP avoir mené un examen de ses appareils mais pas avoir trouvé des problèmes de câbles. En décembre deux fuites de carburants avaient déjà été signalées sur un 787 et avaient entraîné l\'ordre des autorités américaines d\'examiner toute la flotte de Dreamliner en circulation.En octobre, le PDG de Qatar Airways avait porté un coup très dur au B787 en déclarant qu\'il ne prendrait pas livraison de l\'appareil tant que les moteurs du GEnX (de General Electric) qui équipent le Dreamiliner (et le B747-8) n\'étaient pas modifiés. Une menace qui intervenait après deux incidents.Des incidents isolésPour l’heure, il ne s’agit que de petits incidents isolés. \"Toutefois, bien que chaque incident soit petit, collectivement ils ont le potentiel d\'influencer les taux de (...) fiabilité\" de l\'avion\", expliquent les analystes de Jefferies. \"Nous ne pensons pas qu\'il y ait besoin de revoir le B787 de manière substantielle ou de faire un rappel sur cet avion (...), mais les investisseurs marchent sur des oeufs à propos de ce programme très en vue\". L\'action du géant aéronautique américain a fini en baisse de 2,6% à Wall Street mardi en réaction au deuxième incident, à 74,13 dollars, après déjà un recul de 2% la veille.L\'A380 n\'est pas en resteAirbus a lui aussi rencontré des problèmes sur l\'A380 depuis sa mise en service. L\'avionneur européen a dû faire face à des problèmes du moteur Rolls-Royce sur un appareil de Qantas en novembre 2010 et aux microfissures sur les ailes détectées fin 2011.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :