Le coup de pouce (vert) du FMI à Copenhague

 |   |  350  mots
Pour la deuxième fois en deux mois, Dominique Strauss-Kahn, le directeur général du FMI, a confirmé qu'il réfléchissait à la création d'un « fonds vert », afin d'aider les pays du Sud face au réchauffement climatique. Cette structure, qui pourrait permettre de réunir jusqu'à 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020 pour les pays en développement, est l'un des engagements pris lors du sommet sur le climat de Copenhague, en décembre dernier. L'initiative du FMI permettrait de rassurer les pays en développement sur la réalité des promesses de ceux du Nord et pourrait favoriser à l'avenir la signature d'un accord ambitieux sur le climat.finances publiques dégradéesDepuis plusieurs mois, la situation des finances publiques de la plupart des pays industrialisés n'a cessé de se dégrader et les espoirs d'une reprise de la croissance rapide du PIB mondial sont encore ténus. Aussi, la promesse d'apporter aux pays du Sud jusqu'à 100 milliards de dollars d'aide semble difficile à tenir. Le FMI propose donc d'utiliser ses ressources pour amorcer l'entrée en action de ce fonds, et cela en fonction de ses « quotas », les contributions effectuées par chaque pays membre au capital du FMI selon son niveau de richesse.À Davos, en janvier, Dominique Strauss-Kahn avait proposé que le fonds vert soit alimenté par une allocation de droits de tirage spéciaux (DTS), qui constituent les actifs de réserve du FMI. Mi-février, un groupe de haut niveau sur le financement de la lutte contre le changement climatique a justement été chargé par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, de plancher sur de nouvelles sources de financement pour alimenter le fonds vert. Coprésidé par le Premier ministre de l'Éthiopie, Meles Zenawi, et le Premier ministre du Royaume-Uni, Gordon Brown, ce groupe comprendra des chefs d'État et de gouvernement, des hauts responsables des ministères et des banques centrales ainsi que des experts. Il doit rendre ses premières conclusions en juin, lors de la prochaine réunion technique sur le climat à Bonn.Laurent Chemineau

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :