Ariane 6 : l'Europe spatiale s'inspire d'un modèle américain loin d'être vertueux

 |   |  1240  mots
Pour l\'Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre national d\'études spatiales (CNES), le lanceur américain Falcon 9, développé par SpaceX et surtout par la Nasa, est un cauchemar, qui a hanté ces derniers mois les nuits et les jours des responsables de la filière spatiale européenne. Un cauchemar en passe d\'ailleurs de devenir un modèle pour l\'Europe spatiale, qui souhaite à tout prix calquer l\'organisation économique d\'Ariane 6 sur celle développée par SpaceX pour le lanceur américain Falcon 9... qui est pourtant complètement biaisée par les énormes subventions de la Nasa.C\'est le nouveau patron d\'Arianespace, Stéphane Israël, qui a vendu la mèche lors d\'une conférence de presse au salon aéronautique du Bourget (17-23 juin). Selon ce dernier, qui s\'appuyait sur un rapport secret, le coût de revient de Falcon 9 s\'élève à 140 millions d\'euros mais SpaceX du célèbre milliardaire Elon Musk propose un prix de lancement à... 50 millions de dollars. Un modèle économique complètement bancal, qui n\'est donc possible que par le soutien inconditionnel et pérenne de la Nasa. Un modèle pas si vertueux que cela et qui finalement fausse la concurrence.Fondateur d\'une nouvelle Europe spatialeEt c\'est pourtant sur ce modèle économique sur lequel l\'Europe veut s\'appuyer... mais sans les subventions de l\'Europe, qui sera finalement plus vertueuse (mais à quel prix ?) que les Etats-Unis. Du coup, l\'expression à la mode chez les responsables européen du spatial, c\'est le concept \"cost driven\" décliné sur tous les tons. Ce sera le modèle \"fondateur d\'une nouvelle Europe spatiale\", a assuré lors du salon du Bourget le président du CNES, Jean-Yves Le Gall. Cela veut surtout dire que la la filière spatiale européenne, qui emploie environ 10.000 personnes, va être passée à une paille de fer très décapante. Objectif, faire reculer les coûts opérationnels de 40 % par rapport à Ariane 5, ce qui est \"ambitieux\", fait-on valoir au CNES. Le coût de développement du lanceur est quant à lui estimé à 4 milliards d\'euros, en incluant les coûts de management et 20 % de marges liées aux éventuels aléas.Ce sera donc une Ariane 6 dite PPH avec quatre boosters à propergol solide en nombre variable (deux étages à propergols solides - à poudre - et le moteur Vinci pour le troisième étage à propulsion liquide - hydrogène-oxygène). Selon le patron de la direction des lanceurs du CNES, Michel Eymard, cité dans CNES Mag, \"le concept le plus prometteur comporte quatre moteurs identiques P135 au niveau du composite inférieur, permettant de bénéficier  d\'une cadence exceptionnelle\". Objectif, assurer une cadence d\'au moins 12 lancements par an \"afin de trouver un cycle d\'exploitation vertueux, sans soutien financier des Etats\".Débat au sein de la communauté spatialeUn choix qui fait d\'alleurs débat au sein de la communauté spatiale. Selon la prestigieuse Académie de l\'air et de l\'espace a adressé le 17 mai dernier un courrier au directeur général de l\'ESA, Jean-Jacques Dordain, dans lequel elle exprime de sérieuses inquiétudes sur les \"décisions en cours de préparation pour le développement de la nouvelle génération de lanceurs Ariane\". \"une configuration Ariane 6 de type PPH a été retenue sans prise en considération sérieuse de solutions alternatives, explique-t-elle. Elle remplace la propulsion liquide par la propulsion solide pour les deux premiers étages du lanceur. Ceci ne revient pas seulement à préjuger du résultat - c\'est surtout le mauvais choix\". Réponse de Jean-Yves Le Gall : \"la solution PPH n\'est pas tombée du ciel. Elle a été choisie parmi une \"short list\" de 130 versions différentes. Si on veut réduire le coût d\'exploitation d\'Ariane 6, c\'est elle qui tient la corde d\'assez loin.\".Réduire les coûts, c\'est réduire l\'emploi partoutLe CNES veut proposer un lancement Ariane 6 à 70 millions d\'euros pour une charge utile pesant jusqu\'à sept tonnes, contre 150/160 millions pour Ariane 5 dans le cadre d\'un lancement double. \"Nous avons repris les fondamentaux de SpaceX (la société qui fabrique le lanceur Falcon 9, ndlr), souligne-t-on au CNES. On va rationaliser la production qui sera concentrée sur quelques sites\". Comment ? L\'ESA souhaite impulser un processus de mise en compétition des industriels européens afin de sélectionner ses partenaires \"au meilleur rapport qualité-prix\", explique le directeur des lanceurs de l\'ESA, Antonio Fabrizi dans CNES Mag. Chez Astrium, on réfléchit ainsi à localiser la quasi totalité de la réalisation d\'Ariane 6 sur un site unique, c\'est-à-dire aux Mureaux (à l\'exception des pièces primaires). L\'intégration finale s\'effectuerait à Kourou. \"Réduire les coûts, c\'est réduire l\'emploi chez tout le monde, y compris dans les agences qui ne bougent pas\", explique un grand patron de la filière.De toute façon, expliquait le président d\'Astrium Space Transportation, Alain Charmeau, au salon du Bourget, \"à 100 millions, on ne vendra pas d\'Ariane 6 et de préciser que pour l\'emploi c\'est catastrophique\". Et e préciser que \"s\'il faut réduire les coûts d\'Ariane de 40 %, à nombre de lanceurs égal, il faudra réduire aussi le nombre de personnes, dans la mesure où la main d\'œuvre représente plus de 80 % des coûts dans notre industrie. Tout l\'enjeu pour nous est d\'arriver à construire avec nos partenaires industriels un lanceur suffisamment compétitif pour faire quinze à seize lancements par an au lieu de six actuellement avec Ariane 5\".Les Etats-Unis ont-ils réussi à tuer l\'innovation dans le spatial en Europe ?Et pour l\'innovation ? C\'est sûr que le \"cost driven\" ne le favorise pas. Et l\'Europe est bien loin du concept \"Technology driven\" qui avait pourtant prévalu pour le développement d\'Ariane 5. \"Pour être compétitif et ne pas pas dépasser 70 millions d\'euros par lancement, la solution n\'est pas que technologique\", rappelle Antonio Fabrizi. Les Etats-Unis, qui ont en outre développé les familles de lanceurs Atlas 5 et Delta 4, ont-ils tué l\'innovation dans le spatial en Europe ? Non, estime-t-on dans l\'entourage de la ministre de l\'Enseignement supérieur et de la Recherche, en charge de l\'espace, Geneviève Fioraso : \"on peut faire de l\'innovation à moindre coût\". Au CNES, on assure que de nombreuses innovations ont été introduites sur le concept Ariane 6, avec notamment une nouvelle avionique ainsi que la miniaturisation et le développement de la puissance de calcul.Et  Geneviève Fioraso, veut aller vite pour concurrencer au plus vite Falcon 9.  \"Le plus vite possible\", avait-elle expliqué au salon du Bourget. Soit gagner quelques mois sur le premier tir qui était prévu en 2021. Pourquoi pas en 2020 ? Mais d\'ici là, la France devra convaincre Berlin de l\'utilité pour l\'Allemagne de lancer le programme Ariane 6... Un soutien qui devra passer par de la charge de travail aux sites outre-Rhin. La nouvelle organisation industrielle et les règles de gouvernance seront au coeur des enjeux de la prochaine conférence ministérielle des pays membres de l\'ESA qui aura lieu en 2014 à Luxembourg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :