Impôt à 75% : Hollande ne lâche rien, bien au contraire

 |  | 384 mots
Lecture 2 min.
François Hollande n\'a pas reculé, au contraire, sur l\'impôt exceptionnel à 75% pour les revenus supérieurs à 1 million d\'euros. Alors que depuis plusieurs jours les arbitrages en cours dans le cadre de la préparation du budget donnaient à penser que le périmètre de cette super taxe serait réduit, le chef de l\'Etat a affirmé que tous les types de revenus seraient concernés, y compris donc ceux des sportifs, artistes,c réateurs - jugés non récurrents - qui semblaient devoir sortir de l\'assiette. Résultat, ce serait environ 2000 à 3000 personnes qui seraient concernés et non plus 1000. En revanche, un flou persiste sur le fait de savoir si il faudra raisonner par part ou par foyer fiscal pour \"atteindre\" ce fameux million d\'euros.\"Les élites doivent montrer l\'exemple\"En revanche, soucieux de ne pas prêter le flan à la critique sur le risque de démotivation des créateurs d\'entreprise, François Hollande a insisté sur le fait qu\'ils ne seront pas concernés en cas de revente de leur entreprise; Et d\'ajouter pour désamorcer les critiques sur cette supposée chasse aux riches qui serait menée : il est indispensable que les élites \"montrent l\'exemple\". Cette supertaxe sera d\'ailleurs limitée, probablement à deux ans, \"le temps du redressement\". Cette annonce a bien sûr fait écho à la révélation du projet de Bernard Arnault, le PDG de LVMH, de demander la nationalité belge. \"Il aurait du mesurer ce que signifiait une telle décision\" a dit François Hollande, \"On est fier d\'être français (...). Les élites méritent que la nation les récompense. Mais le mérite c\'est recevoir et aussi donner\". Habilement, le président de la République a rappelé que la première fortune française avait fait \"la correction qui s\'imposait\" en précisant ce dimanche qu\'il continuerait de payer ses impôts en France. Une précision de Bernard Arnault qui, d\'une certaine façon, a coupé l\'herbe sous le pied à tous ceux qui pendant ce weekend ont pris prétexte de cet initiative pour se lamenter sur cette France qui matraque fiscalement ceux qui créent de la richesse...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :