UBS est attaquée sur plusieurs fronts

 |   |  285  mots
L'étau serait-il en train de se resserrer sur UBS ? Dans l'affaire Madoff, la banque suisse, qui est l'un des établissements financiers les plus impliqués, est poursuivie dans trois pays et sur deux continents différents : en France, au Luxembourg et aux États-Unis. En France, UBS est attaquée au civil, devant le tribunal de commerce de Paris, pour tromperie sur le prospectus (lire page 3) et au pénal sur l'escroquerie Madoff. Dans ce dernier cas, le juge Renaud Van Ruymbeke cherche à déterminer les responsabilités à tous les niveaux de la chaîne dont celui d'UBS. À Luxembourg, c'est au tribunal de commerce que la plupart des actions judiciaires sont menées. Une enquête est aussi menée par le premier substitut Marc Schiltz. Enfin, outre-Atlantique, Irving Picard, le liquidateur de Bernard L. Madoff Investment Securities, a porté plainte contre la banque devant le tribunal des faillites de Manhattan pour récupérer les intérêts versés pendant six ans et les sorties des fonds 90 jours avant la révélation de la fraude.Ces trois juridictions étant indépendantes, il est donc impossible de lier ces différentes procédures. La seule solution pour UBS d'unir ces actions est de négocier en acceptant d'indemniser les victimes. Le scénario catastrophe pour la banque zurichoise serait donc d'être condamné trois fois et, par conséquent, payer beaucoup plus que son exposition totale à la fraude. Bien évidemment, les décisions de justice étant indépendantes, la banque pourrait aussi sortir de cette histoire blanchie, totalement innocentée, ce qu'elle ne cesse de clamer depuis deux ans. Et ce, malgré toute une série de documents montrant son implication. T. S.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :