« Il faut une équipe beaucoup plus technique et soudée »

 |   |  651  mots
Les eurodéputés mettent à partir d'aujourd'hui les futurs commissaires à l'épreuve. Quelles sont les qualités d'un bon commissaire ?La Commission n'est pas qu'un repère de bureaucrates. C'est aussi un collège de commissaires et un commissaire doit donc avoir une vision politique. Pas partisane, mais politique. Il lui faut également de l'expertise. D'ailleurs, il faut vraiment que la Commission s'améliore sur ce point : avec davantage de scientifiques. J'ai, par exemple, rencontré des difficultés dans le dossier Galileo car je n'avais pas toujours dans mes services des techniciens connaissant suffisamment les technologies pour avoir un débat fructueux avec les cocontractants.Un commissaire doit aussi être polyvalent : vous êtes passé en cours de mandat des Transports à la Justice?Et je n'ai pas perdu de temps pendant cinq ans ! Aux Transports, j'ai notamment mis en place la liste noire des compagnies aériennes contre les compagnies poubelles, ainsi que le paquet maritime pour mettre fin aux bateaux poubelles. À la Justice, nous avons créé une Europe de l'asile qui est le symbole d'une Europe ouverte. Mais dans le même temps, nous avons fait une Europe protectrice avec notamment la bataille remportée sur l'interconnexion des casiers judiciaires. C'est souvent grâce à l'alliance Commission-Parlement, que j'ai jouée, que j'ai vaincu les résistances des États membres. Il arrive que les États membres résistent? mais aussi qu'ils essaient d'imposer leurs souhaits.Les capitales appellent-elles « leur » commissaire pour lui faire des demandes ?Évidemment ! Et c'est légitime ! Il y a deux cas de figure. Le commissaire peut considérer que la demande nationale peut enrichir l'intérêt général européen. Lorsque, par exemple, le gouvernement français me demande de veiller au service universel postal, je me bats pour le service universel postal. Mais il peut aussi y avoir de la part du commissaire, je ne dirai pas une fin de non-recevoir, mais une vraie négociation avec l'État dont il est issu pour lui faire comprendre que certaines demandes ne peuvent pas se justifier au niveau européen.À 27 autour de la table, la fameuse « collégialit頻 de la Commission est-elle vraiment possible ?Il faut que la Commission Barroso II soit un très bon modèle de collégialité à 27, supportée par des « task forces ». Sur un chantier donné, il y aurait un commissaire « leader » avec un ou deux autres commissaires, sans pour autant une hiérarchisation. Quand, par exemple, il y a des problèmes de concurrence très pointus, il faut que le commissaire à la Concurrence soit chef de file d'un petit groupe comprenant ses homologues aux Entreprises et à l'Économie pour équilibrer la compréhension du dossier. Il ne faut pas que les services de la Concurrence ne voient que les problèmes de concurrence, il faut voir aussi la question du potentiel industriel de l'Europe. Justement, l'Europe a, de manière générale, du mal à exprimer son potentiel au niveau mondial.Le nouveau traité devait tout simplifier en donnant une voix à l'Europe et on se retrouve avec un quatuor peu lisible? On devrait aller vers une équipe qui permettra à l'Europe d'avoir ce pack nécessaire, comme au rugby. À Copenhague, on avait des arrières qui étaient prêts à marquer mais le pack n'était pas suffisamment organisé. Notre président est un bon arrière pour marquer, mais il faut qu'il puisse s'appuyer sur un pack. Nos chefs d'État le comprennent bien : pour que leur énergie soit utile et efficace, il faut qu'il y ait une équipe européenne très soudée. Sans quoi l'Europe inventera de très bonnes choses mais ne saura pas les vendre? Propos recueillis par Yann-Antony Noghès, à Bruxellesjacques barrot, commissaire européen sortant à la justice, la liberté et la sécurit髠Le nouveau traité devait tout simplifier en donnant une voix à l'Europe et on se retrouve avec un quatuor peu lisible? »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :